Pixmania condamné à verser un million d'euros à l'un de ses vendeurs

Pixmania a été condamné pour avoir expulsé arbitrairement un marchand de sa marketplace. Le groupe compte faire appel.

Un e-commerçant n'a pas tous les droits sur sa marketplace. C'est en substance ce qu'a estimé le 13 septembre dernier la première chambre du tribunal de commerce de Paris en condamnant Pixmania à verser un million d'euros de dommages et intérêts à l'un des vendeurs de sa place de marché. Ce dernier, la société Dimitech (placée en redressement judiciaire en juin dernier) reprochait à Pixmania d'avoir fermé subitement son compte sur sa place de marché en décembre 2010, au bout de près de deux ans de partenariat. Pixmania a invoqué un taux d'insatisfaction des clients finaux suffisamment important pour justifier une résiliation du contrat passé avec Dimitech.


Le tribunal n'a pas été sensible à cet argument. Il a en revanche estimé que l'éviction de Dimitech de la marketplace de Pixmania a entraîné une "perte de chance" pour le vendeur de finaliser à l'époque une levée de fonds de 5 millions d'euros. Surtout, la décision note que "Pixmania a fait preuve (...), dans les semaines qui précèdent Noël, pendant la période de plus forte activité de l'année, d'une audace, d'un manque de loyauté et de respect des usages en affaires, qu'il convient de sanctionner". Au moment de la rupture, les ventes de Dimitech effectuées sur la PixPlace représentaient 40 % de son chiffre d'affaires global.


Suite à la publication de ce jugement, Pixmania a annoncé au Journal du Net sa décision de faire appel. "Toute décision prise par Pixmania l'a été dans l'intérêt des consommateurs, précise Jean-Emile Rosenblum, vice-président du groupe. A la période critique de Noël, nous ne voulions pas qu'ils risquent de se retrouver dans la même situation que les clients lésés au moment de la faillite de la Camif".



Juridique / Pixmania