E-Commerce One-to-One 2015 : l'appel aux start-up est lancé

E-Commerce 1to1 2015 start-up Les start-up proposant des solutions innovantes pour le retail et la vente en ligne sont invitées à venir les présenter devant les participants du rendez-vous d'affaires.

Suite au succès rencontré par la session spéciale start-up l'an dernier, E-Commerce One-to-One réitère l'opération pour sa cinquième édition, qu'organise Comexposium du 18 au 20 mars 2015 à Monaco en partenariat avec le JDN.

Lors de la plénière du matin du 20 mars, dix start-up disposeront de quelques minutes chacune pour présenter leur service devant un auditoire de décideurs retail et e-commerce. Après ce pitch, les entrepreneurs se verront challenger par un panel de trois investisseurs qui suivent de près le secteur : Nicolas Celier (Alven Capital), Romain Lavault (Partech Ventures) et Emanuele Levi (360 Capital Partners). Aucun prix ne sera remis : il ne s'agit pas d'un concours, mais de donner un coup de projecteur à de nouveaux services pertinents pour l'auditoire.

Les start-up intéressées par l'exercice peuvent adresser une demande à l'adresse innovation@ecommerce1to1.com. Leur sera renvoyé un court dossier à compléter (besoin adressé, proposition de valeur, avantage concurrentiel, marché adressable, clients existants, CA 2014...) et à retourner avant le vendredi 20 février. Comexposium et le JDN choisiront sur cette base les dix sociétés qui viendront pitcher le 20 mars.

"Face à la foule des prestataires du secteur, les décideurs ont pour problématique de ne pas passer à côté de la société agile et innovante qui répondra à leur besoin, souligne Ingrid Fillon, directrice de l'événement. C'est pour répondre à cette problématique que nous débusquons pour eux les pépites qui leur apporteront aussi bien des solutions que de l'inspiration." Côté start-up, cette visibilité permet de nouer des contacts avec des investisseurs mais aussi avec de futurs clients. C'est ainsi en pitchant sur E-Commerce One-to-One l'an dernier que TokTokTok a accroché l'intérêt de Monoprix, qui a ensuite adopté le service.

Autour du même sujet