La Source (Quelle) placée en redressement judiciaire


Après la Camif, la Redoute et les 3 Suisses, le e-commerce vient de faire une quatrième victime dans la VPC. La Source, qui ne prévoit pas encore de licenciements, a six mois pour trouver un partenaire.

Le vépéciste La Source (anciennement Quelle) a été placé en redressement judiciaire avec poursuite de l'ensemble des activités le 29 juillet. Le tribunal de commerce d'Orléans a prévu une première période d'observation de six mois pour la société en cessation de paiement.

Après l'audience, le président du directoire Jean-Marc Bernard a évoqué des "tensions sur les liquidités" et précisé que "le chiffre d'affaires n'était pas au rendez-vous". En baisse de 14 % depuis le début de l'année, il se situe dans la moyenne des replis enregistrés par ses concurrents La Redoute et les 3 Suisses. Le numéro trois français de la vente par correspondance n'envisage cependant aucune suppression d'emploi.

Créée en 1966, La Source a réalisé un chiffre d'affaires de 188 millions d'euros en 2008 auprès de 3 millions de clients actifs. Le groupe emploie actuellement 600 salariés : 430 à Saran (Loiret) et 170 à Tourcoing (Nord). Ont aussi été placées en redressement judiciaire Deret eOLS, filiale logistique de La Source, et GBS QLS, filiale de facturation et relations clients. La société-mère a quant à elle été placée sous sauvegarde. Le groupe compte maintenant utiliser cette période d'observation pour trouver un partenaire auquel s'adosser et affirme avoir pris des mesures pour que la clientèle de ressente aucune incidence de la procédure.

La Source est la dernière victime du succès du commerce électronique. Fin 2008, La Redoute annonçait la suppression de 672 emplois sur quatre ans et en février 2009, les 3 Suisses lui emboîtaient le pas en annonçant la suppression de 674 postes "sans licenciement", l'un comme l'autre réorganisant leur activité autour du développement de la vente en ligne (lire l'article Les 3 Suisses se réorganisent pour miser sur l'e-commerce, du 11/02/2009).

La Camif a pour sa part fait l'objet d'une liquidation en mars dernier, avant d'être reprise par Matelsom, Geodis et Téléperformance (lire l'article Matelsom reprend le site, la marque et les clients de la Camif, du 27/03/2009), tandis que Manutan reprenait Camif Collectivités (lire l'article Manutan reprend Camif Collectivités, du 25/03/2009). Comme ses homologues, la baisse d'activité de La Source n'est que partiellement compensée par la hausse de ses ventes en ligne, qui représentent pourtant 50 % de ses revenus.

Juridique / CAMIF