LDLC annonce le lancement d'un réseau de magasins physiques

L'e-commerçant devrait compter 15 franchisés d'ici trois ans, 40 d'ici cinq ans et davantage au-delà. Il publie par ailleurs un résultat net annuel en progression de 78% à 3,2 millions d'euros.

LDLC publie un résultat net part du groupe en progression de 78,5% à 3,2 millions d'euros sur son exercice clôturé au 31 mars 2012, pour un chiffre d'affaires de 176,9 millions d'euros et une trésorerie de près de 800 000 euros à la clôture. LDLC.com croît de 2,7% à 99,6 millions d'euros (56% du chiffre d'affaires du groupe), LDLC-Pro.com croît de 4,5% à 71,2 millions d'euros (40% du chiffre d'affaires), l'e-boutique maison-loisirs Maginéa croît de 70% à 3,4 millions d'euros, les solutions logicielles Anikop enregistrent un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros et les deux boutiques LDLC 15,4 millions.


L'e-commerçant annonce en outre le lancement d'un réseau de franchisés. "Il nous permettra d'accroître notre notoriété, de multiplier nos ventes, d'améliorer nos marges, d'apporter davantage de services aux consommateurs et d'offrir un nouveau canal de vente à notre marque propre, tout en restant un spécialiste" explique Olivier de la Clergerie, cofondateur et DG du site. Les premières ouvertures interviendront en 2013, l'e-commerçant visant 15 points de vente d'ici trois ans et 40 d'ici cinq ans. A ce moment-là, il espère franchir le cap des 500 millions d'euros de chiffre d'affaires et porter sa rentabilité opérationnelle à 5%, contre 3% aujourd'hui. "C'est un projet extrêmement important pour l'entreprise, nous mettrons donc les moyens nécessaires à sa réussite", ajoute-t-il, précisant que l'outil logistique actuel du groupe est déjà capable d'absorber jusqu'à 400 millions d'euros de ventes par an.


Ces magasins s'étendront en périphérie de villes grandes ou moyennes sur des surfaces de vente de 150 à 300 mètres carrés : "Nous voulions des structures à taille humaine et non des paquebots aux charges fixes trop importantes, souligne Olivier de la Clergerie. L'e-commerce a fait disparaître beaucoup de petits acteurs de la distribution informatique physique et cassé cette proximité. Nous devons la recréer." LDLC prévoit qu'un investissement de 300 000 euros, hors local, sera nécessaire à chaque ouverture. Le groupe lui apportera son support au travers de ses services achats et logistique ainsi que d'actions de marketing.


Les premières étapes de cette stratégie ont déjà été franchies. Tout d'abord, l'e-marchand travaille depuis un an avec le cabinet Franchise Management afin d'acquérir le métier de franchiseur. Ensuite, un changement d'identité visuelle interviendra ce soir, l'effacement du .com du logo du groupe s'adaptant à ses objectifs multicanaux. Par ailleurs, l'aménagement de la boutique lyonnaise aux couleurs du nouveau concept devrait être achevé à la rentrée. LDLC a enfin déjà commencé à examiner des dossiers de candidats à sa franchise et prévoit une formation d'un mois pour chaque nouveau franchisé.


Parallèlement au déploiement de son réseau de boutiques physiques, LDLC indique vouloir se concentrer sur ses activités au plus fort potentiel. Le groupe a donc décidé de fermer Plugsquare (instruments de musique), Lapcorner (ordinateurs portables) et Fillspot (consommables), pour conserver ses activités connexes Hardware.fr (site d'information PC) et DLP Connect (services réseaux) et focaliser ses efforts sur ses nouveaux marchés Maginéa et Anikop, tous deux considérés par le groupe comme d'importants leviers de croissance pour le futur. Dans le BtoB, LDLC devrait mettre en ligne prochainement une nouvelle version de son site pro et s'ouvrir à un nouveau secteur, celui des appels d'offres.

Concernant son activité historique de vente en ligne, la normalisation des prix des disques durs (dont la hausse suite aux inondations en Thaïlande avait pesé sur les ventes de la fin 2011) et le lancement prochain de Windows 8 apportent à l'e-marchand une bonne visibilité, qui le conduit à prévoir un chiffre d'affaires supérieur à 185 millions d'euros sur l'année 2012-2013, soit une croissance de 5%, ainsi qu'un résultat opérationnel courant supérieur à 6 millions d'euros.

LDLC