Liker n'est pas forcément acheter

Moins de la moitié des fans, soit 46%, achètent la marque likée selon une étude Kantarworldpanel.

Lors de son premier Mediamorning, Kantarworldpanel a présenté les résultats d'une étude mesurant les relations entre le "like" et le "buy" à partir de son panel. Sur ses 20 000 foyers panélistes mesurés, Kantarworldpanel a isolé 65% des "likers" parmi 1 450 responsables des achats. Les marques ayant été elles-mêmes issues d'un classement comme celles ayant le plus de fans parmi les panélistes.
Le profil des 1 450 responsables des achats est plutôt composé de ménagères, jeunes, de CSP moyenne. Elles manquent de temps et sont de forts utilisateurs de drive. Elles sont à la recherche de promotions et de jeux concours.
Moins de la moitié des fans, soit 46%, achètent la marque likée selon l'étude. Ces derniers dépensent toutefois 2 fois plus que la moyenne des internautes.
Cette population est également un moteur important du secteur d'activité : elle dépense en moyenne 18% de plus sur la catégorie likée.
Kantarworldpanel précise également la volatilité des likers moins fidèles aux marques que la moyenne.

kantar
Un fan dépense deux fois fois plus pour la marque qu'un internaute. © Kantarworldpanel 

Sur un cas réel de campagne Facebook (3 mois de mai à juillet) étudié en Angleterre, le suivi du panel a mis en lumière que Facebook entraîne du CA additionnel : +14% d'achats auprès des exposés Facebook et 95% des foyers touchés par Facebook sont des nouveaux acheteurs.

En savoir plus sur Offremedia.com

Facebook