Qu'arrive-t-il à Cdiscount ? Les synergies avec Casino : une préoccupation récente

Pour Cdiscount, le seul apport du groupe Casino a-t-il été d'éponger les pertes, ou a-t-il contribué autrement à son développement ? D'après Emmanuel Grenier, chercher des synergies avec Casino aux débuts de Cdiscount, lorsque le site vendait surtout des DVD, n'aurait pas eu de sens. "Ce n'est donc qu'il y a trois ans que nous avons commencé à travailler sur les synergies, en débutant par les achats et la logistique."

 

Sur certaines familles de produits, les achats du site marchand sont désormais mutualisés avec la centrale d'achat du groupe Casino, EMC. Une décision prise pour renforcer l'attractivité prix des offres du discounter qui n'intervient donc que tardivement, en 2008. De plus, sur les catégories de produits non alimentaires, Casino et ses moyennes surfaces n'ont pas la puissance de Carrefour ou d'Auchan face aux fournisseurs. Difficile donc, pour EMC, de peser sur un Samsung ou un Whirlpool. Résultat, pour afficher des prix très bas, les marges sont particulièrement rabotées.

 

Les synergies d'achat mises en place entre les deux structures s'accompagnent par ailleurs de synergies logistiques et de transport. "Tout l'électroménager de Cdiscount est stocké dans l'entrepôt de Casino, près de Saint-Etienne, tandis que nos autres références sont sur notre plate-forme de Cestas, au sud de Bordeaux", indique Emmanuel Grenier. 

 

Longtemps ignoré, le multicanal constitue désormais le grand chantier de Cdiscount. "Les deux axes majeurs sont les points de retrait et les bornes Cdiscount en magasin", précise Emmanuel Grenier. Cdiscount dispose ainsi depuis l'automne 2009 d'un réseau de points d'enlèvement consacrés aux produits de plus de 30 kilos. Au nombre de 87 aujourd'hui, ils sont installés principalement dans des hypermarchés Géant Casino et, pour quelques uns d'entre eux, dans des points relais du prestataire logistique BtoB Agediss. Encore peu accueillants pour les consommateurs, ces points d'enlèvement devraient progressivement faire l'objet d'une meilleure signalétique et recueillent d'après Cdiscount des avis très positifs. 

 

"Les clients sont très satisfaits, se réjouit le patron du site. Les frais de port sont diminués de moitié, la livraison est deux fois plus rapide et les modalités de retrait sont beaucoup plus souples, puisqu'il n'est pas nécessaire de prendre rendez-vous et d'attendre le livreur". Emmanuel Grenier désire déployer ce réseau de points de retrait jusqu'à ce que tous les clients en aient un à moins d'une heure de chez eux.

 

Lors de la présentation de ses derniers résultats financiers, début mars 2010, Casino a d'autre part annoncé que seraient prochainement installées dans les grandes surfaces du groupe des bornes dédiées pour commander sur Cdiscount avec l'assistance d'un vendeur. Le projet a été lancé le 1er avril dans deux magasins, deux autres devraient suivre prochainement pour une première phase de test. Un premier pas pour sortir le blanc et le brun des rayons des hypers, qui ne peuvent proposer autant de références qu'un site marchand. Le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri, précisait en effet : "Il y a quelques catégories comme le gros électroménager sur lesquelles, sur une longue période, il y aura un glissement au détriment des hypermarchés". Une façon aussi d'amener à Cdiscount les clients traditionnels des grandes surfaces.

 

Pas question pour autant de prendre le risque de cannibaliser le point de vente : "Ces bornes ne donneront accès qu'à l'offre d'électroménager et d'équipement de la maison de Cdiscount, il ne sera pas possible de commander d'autres catégories de produits", souligne Emmanuel Grenier. Ne seront accessibles que des produits qui ne sont pas vendus en magasin.

CDISCOUNT