Come & Stay se réorganise face à la crise


Malmenée par un début d'année difficile, l'entreprise subit une baisse de 30 % de son chiffre d'affaires au premier semestre et opère une réorganisation de son management.

Le premier semestre a été rude pour Come & Stay. Après une perte nette de près de 8 millions d'euros en 2008, le groupe de publicité sur e-mail et mobile a publié un chiffre d'affaires de 8,1 millions d'euros au premier semestre, en baisse de 30 % sur un an (- 27 % à taux de change constant). "La crise a fait basculer brutalement notre marché d'un modèle au CPM à un modèle à la performance, explique sa présidente et fondatrice, Carole Walter. Cela s'est accompagné d'une grosse pression sur les prix et d'une focalisation de nos clients sur des campagnes tactiques. Nos clients ont réduit leurs budgets et nous ont mis en concurrence avec d'autres acteurs. Heureusement, nous n'en avons pas perdu."

Chahuté par la crise, Come & Stay compte s'adapter à cette évolution du marché en réorganisant sa structure. Le groupe a notamment fait appel à trois nouveaux managers. Hervé Bloch, ancien d'Emailvision, devient directeur commercial du groupe pour la France. Yann Georget, ancien de Business Objects prend la tête de la direction technique du groupe. Ces deux rôles étaient précédemment assurés par Carole Walter et le directeur général de Come & Stay, Marc Desenfant. Enfin, Thierry Aubert, ex-directeur du développement international d'Ibase (rachetée par Publicis) remplace Donald Pontabry, qui a quitté le groupe pour lancer sa propre société, EneRis.

La réorganisation de Come & Stay passe également par le renouvellement complet de l'équipe commerciale du groupe sur un an, soit une dizaine de personnes. Carole Walter attribue ce turn-over à la politique de réduction des coûts fixes, engagée au sein du groupe, qui touche les structures salariales. "Certains de nos commerciaux ont profité de cette opportunité pour quitter l'entreprise", concède Carole Walter. Le passage d'une entreprise spécialisée dans l'e-mail à une société de génération de lead a également transformé le métier de commercial au sein de l'entreprise et contribué au renouvellement de l'équipe, estime-t-elle.

Si elle préfère rester prudente sur la tendance de fin d'année, Carole Walter attend un deuxième semestre meilleur, porté par les fêtes de fin d'année. Elle affirme déjà observer une tendance positive au troisième trimestre, citant de nouveaux projets d'investissements de la part de ses clients. La patronne de Come & Stay dément en tout cas les rumeurs de vente du groupe, estimant avoir suffisamment de cash pour tenir. "Nous sommes approchés en permanence par des acquéreurs potentiels, mais pas plus que d'habitude. Nous n'avons pas besoin de nous vendre", affirme-t-elle.

Chiffre d'affaires