5 conseils à suivre pour réussir un jeu concours Soigner la réalisation et la collecte de données

exemple d'un jeu concours btob, organisé par malakoff médéric
Exemple d'un jeu concours BtoB, organisé par Malakoff Médéric © Malakoff Médéric / Concoursmania

Pour être réussi, un jeu concours ne doit pas seulement reposer sur sa dotation. Les contenus fournis (contenus éditoriaux, intégration de vidéos, d'animations Flash, etc.), ainsi que le gameplay s'il s'agit d'un jeu interactif, dépendent des objectifs à atteindre, ainsi que du budget alloué à l'opération. Dans tous les cas, faire preuve de créativité dans la conception et la réalisation est une des clés du succès d'un jeu. "Par définition, tout est possible avec un jeu", rappelle Yohan Stern, directeur général de La Fabrique à Jeux. 

Si l'objectif principal assigné au jeu concours est la collecte de données, l'annonceur optera pour un jeu multi-plateaux, c'est-à-dire proposant plusieurs phases de jeu entrecoupées de phases de qualification du contact via un formulaire. Les jeux multi-plateaux offrent par ailleurs la possibilité de mettre en avant la profondeur de l'offre de l'annonceur en intégrant une offre de la marque différente pour chaque phase de jeu. 

Contrairement aux jeux mono-plateau (une seule phase de jeu et une seule phase d'inscription), les jeux multi-plateaux permettent d'amener en douceur l'internaute à renseigner les informations qui lui sont demandées. Selon le PDG de Concoursmania, Julien Parrou, les jeux multi-plateaux offrent des taux de finalisation des questionnaires 30 à 50 % plus élevés, "surtout si le formulaire est long et les questions intrusives".

Il peut par ailleurs s'avérer judicieux d'introduire des dispositifs viraux (envoi à un ami, défier un ami, etc.), entre les phases de jeu pour toucher de nouveaux internautes et faire ainsi baisser le coût d'acquisition des contacts. Sur ce point, "plus le jeu est créatif, plus les modules de viralité fonctionnent", assure Yohan Stern.

Autour du même sujet