Le paiement reste le talon d’Achille du m-commerce

Les nouveaux terminaux et les nouvelles offres poussent à l'adoption de l'Internet mobile. Le m-commerce profitera inévitablement de cette croissance, mais, comme l'e-commerce, la confiance dans les systèmes de paiement sera la clé de son succès.

Le lancement de l'iPhone d'Apple et le gain de facilité apporté à la navigation Internet sur mobile a créé un effet de ricochet dans l'industrie télécoms. Cela a en effet amené les autres opérateurs à se précipiter pour offrir des offres d'abonnement avec accès Web illimité afin de répondre à la demande croissante pour ces services. D'après GfK, il y aurait déjà 3 millions de "mobinautes" en France en février 2008, mais les signes de croissance future ne s'arrêtent pas à ce simple chiffre :

•  38 % des internautes français font déjà leur shopping en ligne avec de forts signes de développement.

•  Il y a plus d'utilisateurs de téléphones mobiles que jamais en France avec un total de plus de 52 millions. Et cette base utilisateur est de plus en plus habituée à utiliser le portable à n'importe quel moment de sa vie quotidienne.

•  D'après l'Arcep, 15 millions de Français utilisent les services mobiles (Internet, mms...) avec un possible doublement dans un futur proche. Et même si seulement une petite partie de ces utilisateurs vient au m-commerce, le potentiel est évident.

•  Les prévisions mondiales pour le paiement par mobile sont de 17 milliards d'euros en 2009 selon l'Idate.
 
Bien sûr, les sites d'e-commerce devront adapter leur interface à ce nouveau mode d'accès par terminal mobile, en particulier à cause de la taille de l'écran, mais également parce que les outils de navigation ne sont pas les mêmes que sur un ordinateur. Cette histoire est familière à la plupart des e-commerçants car ils l'ont déjà vécu il y a quelques années quand l'Internet a commencé à décoller et que les programmeurs ont dû passer d'un html basique à des langages plus complexes au fur et à mesure que le haut débit devenait standard. Cette adaptation est cruciale mais ce qui fera le succès du m-commerce par-dessus tout sera la simplicité du processus d'achat et de paiement des produits sélectionnés n'importe où et n'importe quand.
 
Mais le développement du m-commerce ne se fera pas sans challenges car il rencontrera inévitablement les même obstacles que l'e-commerce à son lancement : comment développer une interface de confiance pour les paiements ?

Les consommateurs sont parfaitement au courant de failles de sécurité qui ont frappé le secteur dernièrement. Et quand vous ajoutez un terminal mobile à tout ça, la confiance du client devient vraiment problématique à gagner. Le monde du m-commerce devra s'assurer que tous les paramètres de sécurité sont en place pour répondre aux inquiétudes légitimes du consommateur lambda. Faute de relever ce défi, le m-commerce ne pourra pas vraiment décoller.
 
Un équilibre délicat entre sécurité des transactions et facilité d'utilisation peut être trouvé en facturant les achats directement sur la facture téléphonique de l'utilisateur. Une fois ce système en place, l'argent peut être transféré hors ligne en toute sécurité en utilisant différentes technologies disponibles pour authentifier la transaction, que ce soit SMS, empreinte digitale ou autre... Cela permet aux opérateurs de se créer un nouveau canal de revenus mais aussi de développer la fidélité de l'abonné et augmenter ainsi son ARPU.
 
D'un autre côté, ces transactions vont venir s'additionner aux nombreuses autres opérations que l'opérateur traite déjà pour ses clients. Il lui faudra donc optimiser sa plate-forme de tarification et de facturation s'il veut espérer générer le maximum de marge sur ce nouveau service et devenir un partenaire privilégié des sites de m-commerce.

Mais, pour pouvoir se développer au même rythme que le marché, cette plate-forme devra aussi être versatile et adaptable afin de permettre de rapidement déployer ces nouvelles options sur le compte d'un abonné, ou bien de nouveaux services au fur et à mesure de l'apparition des besoins.

Dans le même temps, cette solution devra également être rapide, afin de supporter la charge de trafic ; interopérable, pour s'intégrer à toutes sortes d'infrastructures IT ; et précise pour déchiffrer les différents usages de l'abonné (voix, données, Internet, Wi-Fi, GSM, TV, services premium etc.). Au final, cela pourrait devenir un véritable avantage stratégique par rapport aux concurrents.
 
Le chiffre d'affaires potentiel du m-commerce est impressionnant et pourrait être atteint facilement si les acteurs clés prennent exemple sur l'histoire récente du secteur et appliquent les leçons apprises à cette technologie émergente. Et pour les opérateurs, cela se résume à une simple maxime : soyez encore plus focalisés sur le consommateur que jamais.

Autour du même sujet