L'aménagement numérique, un sujet majeur pour le développement de notre pays

Avec l'avènement de l'ADSL et du haut débit, l'aménagement numérique est devenu un sujet majeur pour le développement de notre pays. France Télécom y a pris toute sa part.

A l'occasion des Assises du numérique, le Journal du Net a décidé de donner la parole à des élus, des grands patrons d'entreprises high tech et à des représentants d'associations.


"En juin 2003, nous avons lancé le plan haut débit pour tous. Pour accélérer le processus, nous avons, en janvier 2004, mis en place la charte "départements innovants" signée par près de 80 départements. Les engagements pris ont été tenus. Plus de 98 % (1) de la population sont éligibles à l'ADSL. 100 % des NRA sont équipés. Ce résultat est le fruit d'une politique volontariste. Pour réussir ce déploiement, le Groupe France Télécom a investi 1 milliard d'euros dans les réseaux, en haut et très haut débit, au profit des particuliers, des entreprises, des territoires et des autres fournisseurs d'accès Internet. Avec les collectivités territoriales, nous avons fait reculer la fracture numérique et ce, sans demander le moindre financement public.


Il y a quelques années, la France était présentée comme le "mauvais élève" de l'Europe en matière de haut débit. Elle figure désormais dans le peloton de tête européen, avec plus de 16 millions de foyers abonnés (2). Notre pays est l'un des marchés les plus dynamiques et les plus concurrentiels, pratiquant des tarifs parmi les plus bas. Certes, il reste 500 000 foyers - soit 1,7 % de la population - qui, pour des raisons techniques, n'ont pas accès au haut débit. Il importe que l'attention portée au très haut débit ne fasse pas oublier ces foyers qui sont majoritairement situés en zone rurale peu dense, mais aussi parfois en périphérie immédiate d'agglomérations.

Des solutions alternatives à l'ADSL: le Wi-Fi ou le Wimax, existent. Elles ont des qualités mais aussi des limites. Certaines semblent lentes à déployer. Nous proposons une quatrième alternative : le NRA Zone d'Ombre qui consiste à transformer une sous répartition en NRA, pour réduire la distance entre le client et les équipements de réseau à haut débit. Pour les abonnés des zones encore plus difficiles d'accès des solutions satellite sont proposées. Il y a donc désormais toute une gamme technique permettant de contribuer à la résorption des "fêlures numériques" restantes. Nous sommes d'ailleurs, d'ores et déjà, engagés dans cette voie avec, par exemple, la Région Auvergne pour atteindre une couverture ADSL de 100 %.

Depuis le 3 juillet, nous avons franchi une nouvelle étape en acheminant par satellite le signal TV pour nos clients situés trop loin des répartiteurs, pour disposer des débits nécessaires à l'acheminement par le réseau cuivre des flux TV. 24 millions de foyers français peuvent donc, potentiellement, bénéficier de notre offre triple play. Orange couvre 99 % de la population en haut débit mobile. L'amélioration continue de la couverture numérique mobile impose des investissements considérables : 1 milliard d'euros par an pour entretenir et moderniser les réseaux 2G et 3G (3). Amélioration de la couverture et accroissement des débits sont à l'origine de services nouveaux : Internet mobile, TV et VOD sur mobile, ...

Contenus et réseaux sont liés. Pour permettre à nos concitoyens d'avoir accès à des services et contenus encore plus riches, nous voulons déployer la fibre optique. Après une phase de test réussie en région parisienne, le Groupe procède au prédéploiement de son réseau dans 10 grandes villes. Comparé à nos voisins européens, notre pays n'est pas en retard. Quatre opérateurs se sont dits prêts à investir en commençant, par les zones les plus denses. Les collectivités peuvent jouer un rôle critique en favorisant par des investissements de génie civil, dans des zones moins denses, un développement plus généralisé et plus rapide.

Il faut rapidement des règles du jeu précises. Nous avons affiché notre détermination dans l'ouverture de nos fourreaux de génie civil et avons indiqué être résolument favorable au partage de la colonne montante en fibre dans les immeubles. Quant au point de raccordement, la meilleure solution est à l'intérieur de chaque immeuble. Les compteurs d'eau, de gaz et d'électricité mais aussi les boîtiers du câble sont bien dans les immeubles ! Il faut aller au plus simple, vers ce qui est le plus respectueux de l'environnement et le plus économique, tout en garantissant le libre choix, par les clients, de leurs fournisseurs d'accès."


(1) : 98,3% exactement
(2) : Au 31 mars 2008, la France comptait 16,225 millions d'abonnements haut débit (dont 15,475 par l'ADSL). Données ARCEP du 30/05/2008
(3) : A cette somme, il convient d'ajouter 150 millions d'euros pour le programme "zones blanches" destiné à couvrir les 1,2 % de la population qui n'avaient pas accès à la téléphonie mobile et la redevance de 150 millions d'euros que les opérateurs mobiles versent annuellement pour les droits d'usage des fréquences GSM et UMTS.


Autour du même sujet