Quand un code de conduite traite d’une information rare : l’information médicale et de santé

Le web médecin, nouveau canal d’information dans le domaine de la santé familiale et personnelle ?

Comme le fait remarquer Richard Amis dans son billet : Web & Santé : la nouvelle donne, le web devient un canal d'information non négligeable dans le domaine de la santé familiale et personnelle.

Pour répondre à cet engouement, la HAS ou Haute Autorité de Santé préconise aux sites santé de se conforter à un code de bonne conduite sur Internet. Sésame à obtenir pour les sites Internet, la charte HON Code recommande des actions de mise en conformité autour de grand principes éthiques. Le patient, ou le cas échéant le professionnel de santé identifie ainsi simplement les informations fiables et la mission première du site (qualification des rédacteurs, politique éditoriale...). Ainsi décortiqué par le citoyen internaute, l'information médicale / de santé reste limitée.

Les sociétés savantes ou médicales communiquent peu ou mal sur la toile, laissant le champ ouvert aux "pionniers" des professions légèrement sacralisés. La e-visite ou comment économiser son temps (attente, consultation, trajet...) et son argent (retenues obligatoires de l'Assurance Maladie, dépassement d'honoraires...). Comment s'auto-diagnostiquer ? Comment recycler ses médicaments déjà possédés ?

Ce type d'e-visite a une limite : "quel est le vrai diagnostic médical ?". Il reste incontournable dans un certain nombre de cas : pathologie lourde, maladie incertaine. Le e-patient ou le malade, riche de ses recherches, discussions et échange avec des "patients helpers" utilise alors ses recherches pour jauger de sa vraie consultation et de son professionnel attitré. L'informatique médicale ou de santé en ligne, labellisé HON Code, améliore la relation médecin-patient mais ne la remplace pas.

Autour du même sujet