Le mobile, outil intelligent de surveillance des patients

Le mobile s’ouvre à de nouveaux usages comme la gestion de la relation clients/patients, favorisant un meilleur suivi des malades et garantissant une meilleure efficacité dans l’organisation logistique des établissements de santé.

Il en va de la Santé comme de tout secteur : l'utilisation du téléphone mobile oblige à percevoir un retour sur investissement, si possible rapide. Or, il apparaît au moins deux domaines dans lesquels le mobile peut avoir un retour sur investissement fort et immédiat. 

Le premier est celui du combat contre des déprogrammations d'interventions chirurgicales ambulatoires. En la matière, le mobile apparaît comme un outil très intéressant de lutte pour améliorer le suivi du protocole et ainsi éviter les annulations d'interventions, qui participent pour une grande part à creuser les pertes des établissements de Santé.

En effet, l'hospitalisation ambulatoire oblige les cliniques et hôpitaux à une logistique patients parfaite, car en cas d'impossibilité de mener à bien un acte médical alors même que la salle d'opération est réservée, le budget alloué ou le chiffre d'affaires attendu de cet acte est perdu, mais les frais fixes demeurent, soit une perte sèche pour l'établissement. En terme de coût, les déprogrammations d'interventions chirurgicales ambulatoires sont très lourdes : 4% des opérations prévues sont ainsi chaque année déprogrammées, représentant, pour une clinique de 40 médecins, l'équivalent de 600 000 euros par an environ...

Dans ce contexte, le mobile peut clairement s'affirmer comme un levier de rentabilité. En effet, certaines sociétés ont créé des systèmes de rappels de rendez-vous par SMS, envoyés automatiquement aux patients, la veille de leurs rendez-vous médicaux. Une société a même poussé plus loin le concept en fournissant par SMS un rappel du protocole à suivre. Ainsi, le patient qui doit se faire opérer des dents de sagesse reçoit un SMS lui indiquant  de venir 30 minutes avant l'opération, à jeun, et avec ses radios dentaires.

Grâce à ce procédé, on constate  près de 50% de déprogrammations en moins, soit une économie de 300 000 euros par clinique. En outre, le coût modique de la solution permet un retour sur investissement immédiat et très important : l'outil rapporte plus de dix fois son coût.

 

Le second domaine, la m-observance, à savoir la possibilité d'utiliser le mobile pour pousser les patients à bien suivre leurs traitements, représente un autre domaine pour lequel le mobile peut contribuer à un retour sur investissement fort. S'agissant de maladies chroniques, avec une prise quotidienne de médicaments, le retour sur investissement est possible mais il se fait sur le long terme. En effet, dans un premier temps, le bénéfice réalisé vise la sécurité sociale car il y a moins de complications, et donc moins d'hospitalisations.

Le bénéfice touche aussi le laboratoire promoteur du médicament : on sait qu'une mauvaise prise des médicaments diminue les chances de guérison, causant parfois une mauvaise image pour le laboratoire, voire une vraie perte de chiffre d'affaires par déremboursement partiel (ou total) de la sécurité sociale...

Mais il y a aussi des produits de santé pour lesquels le retour sur investissement serait immédiat : les vaccins, et plus précisément les vaccins nécessitant plusieurs prises. Par exemple, dans  le cas d'un vaccin contre les risques de cancer du col de l'utérus, qui doit être fait en trois fois : on constate que bon nombre de premières prises ne sont pas suivies de la deuxième, et encore moins de la troisième.

Or, il suffirait d'un rappel par SMS pour augmenter le nombre de deuxièmes et troisièmes injections, d'autant que les jeunes femmes, cibles de ces vaccins, sont  équipées de mobiles à 100 %.

Autour du même sujet