L’e-consommateur est il un consommateur ?

Offre pléthorique de produits, le Web bouleverse, renverse et déstabilise le commerce classique et la VPC...

Aux Grande Surface Alimentaire (GSA), le Web répond par des sites Internet alimentaires, aux GSB, ce sont des sites Internet de bricolage...sites Internet spécialisés, place de marché, place d'échanges, place d'occasions, place de troc, place internationale...deux produits identiques peuvent se retrouver à des dizaines de prix différents ou dans des dizaines de bundles différents (bundle : ensemble de produits avec un produit principal et un ou plusieurs accessoires)

Pour exemple : un DVD vierge aura 1 prix sur houra.fr, un autre sur fnac.fr, un autre sur amazon.fr, un autre sur priceminister.fr, au autre sur ebay.fr, un autre sur leboncoin.fr...un autre...des dizaines d'autres, des milliers d'autres...

 

Ce n'est pas différent du commerce classique...Sauf que l'internaute va pouvoir accéder à toute cette large offre sans faire des kilomètres inutiles...

 

L'offre est grande, l'internaute a besoin d'être aidé. Idéalement, les produits doivent être triés, expliqués et comparés. Devant cette offre si facilement accessible, le site gagnant sera celui qui donnera les moyens d'avoir accès à un comparatif pertinent. Ce système doit permettre des vues multi facettes/critères, qu'ils soient égalitaires, inférieurs ou supérieurs. Communs à tous (ou presque), les produits sont détaillables ou explicables.


Ainsi, le focus d'un appareil photo numérique ne rentre pas en ligne de compte lors d'un choix pratiqué par un acheteur lambda. Néanmoins, si l'information est disponible, compréhensible et présentée, la valeur deviendra un critère de choix. S'affranchissant du conseil avisé du vendeur, l'acheteur online se doit d'être plus exigeant/vigilant. Il s'intéresse (sans doute) plus qu'en présence d'une aide extérieur (solliciter les sites d'avis ou les forums rentrent dans cette catégorie, voir se rendre sur place...)

 

Sur d'autre plate-formes/site internet, l'accent mis sur l'aide facilitera beaucoup la démarche. A partir de questions très simples, on va "diagnostiquer" le besoin de l'acheteur, le cerner et lui proposer le ou les produits idéaux (de ses rêves / de ses envies). Le must étant également de lui proposer le produit entouré d'un challenger et d'un leader (plus produit).

Pour l'achat d'un lecteur mp3, la société Apple, bien que présentant une gamme réduite, pourrait positionner lors de l'achat d'un iPod nano, un iPod shuffle en dessous et un iPod classic au dessus. L'acheteur vérifie qu'il a fait le bon choix, soit en matière de fonctionnalités souhaitées, soit en matière de prix. Ce produit est "l'élu".

 

Enfin, pour acheter "l'élu" sur le site le plus compétitif, le mieux disant ou le moins cher, 3 critères entrent en ligne de compte.

Seul ou en bundle : nu ou éléments constitutifs doivent être comparé

L'appareil photo est il plus intéressant avec une carte SD 1 Go ou est-ce une bonne affaire ? La sacoche est elle nécessaire ?

La livraison : La Poste, UPS...24h, 48h, 72h...relais colis, fermé le samedi...le choix s'effectue en fonction de son degrés d'urgence, de la dispo du produit et du prix.

Sympathie de la boutique : avis sur Internet, première expérience client, ergonomie, design du site...ces critères sont partageables mais restent très personnels.

"l'élu" choisi sur une boutique sympathique et avec des frais de port optimum déclenche l'achat (d'impulsion ?)

 

L'offre pléthorique reste difficile a apprivoiser, les produits ne sont pas toujours comparables (Télévision LCD avec une référence par point de vente). Comparables, ils rentrent dans des moules ou l'originalité est absente.

L'e-consommation ne remplace pas encore la consommation. Le déplacement en magasins reste une habitude et facilite le choix. Le "toucher" manque sur le web. La consommation, à travers ce concurrent, doit s'adapter... : Le comparatif sur téléphone mobile devient une piste très sérieuse...

Autour du même sujet