Et si les réseaux sociaux rendaient les marchés vertueux

En permettant aux consommateurs de prendre la parole sur les entreprises, les marques, et leurs produits, les réseaux sociaux concourent à établir un fonctionnement plus vertueux des marchés.

Quelles sont les implications économiques que peuvent avoir les réseaux sociaux sur le fonctionnement des entreprises et des marchés ?

Les réseaux sociaux en permettant aux consommateurs de prendre la parole librement sur les entreprises, les marques, et leurs produits ou services, et de s'organiser éventuellement en groupes de pression changent totalement le rapport de force installé entre les agents économiques.

Avant les réseaux sociaux, la relation entre les entreprises - en particulier les sociétés multinationales - et les consommateurs étant parfaitement asymétrique. Les unes disposant du contrôle de l'information et de l'usage des médias, les autres étant de simple récepteurs soumis le cas échéant à la désinformation voir à la propagande des premières. Les conditions de la concurrence pure et parfaite enseignées par les économistes classiques et néo-classiques étaient alors mises à mal :
- pas d'atomicité des marchés mais une situation d'oligopole voire de monopole
- pas de transparence de l'information mais une très forte asymétrie en faveur des entreprises. Ce qui avait pour conséquence de perturber, comme le veut la théorie économique classique, le fonctionnement optimal du marché.

Avec les réseaux sociaux la donne change singulièrement. En redonnant le pouvoir aux consommateurs, ou tout au moins en ré-équilibrant le rapport de force avec les entreprises, les réseaux sociaux favorisent un rapprochement vers les conditions de la concurrence pure et parfaite.

On passe ainsi d'une situation d'asymétrie de l'information à une plus grande transparence les consommateurs étant en mesure de rétablir la vérité et de diffuser leurs messages avec autant de force que les marques.

On gagne également dans la direction de l'atomicité puisque le rapport de force beaucoup moins favorable aux corporations brise de fait les situations oligopolistiques.

Finalement, je pense que les réseaux sociaux impliquent pour les entreprises d'adopter des comportements beaucoup plus vertueux : transparence de l'information, dialogue avec les consommateurs... et concourent ce faisant à établir un fonctionnement plus vertueux des marchés.

Autour du même sujet