Les internautes ne sont pas sourds : plaidoyer pour le design musical

Les annonceurs ont bien compris l'intérêt d’une bande son bien travaillée en télévision, à la radio ou au cinéma, il n’en va pas de même sur Internet. Là, les marques font preuve d’une surdité surprenante...

Le son est un élément majeur de la vie quotidienne, il est aussi un marqueur publicitaire très efficace. Les ritournelles, les logos sonores ou encore les chansons de marque permettent de développer un lien unique et privilégié entre la marque et ses cibles. Le développement de la radio, l'apparition de la réclame au cinéma et le développement de la publicité télévisée a encore accru ce lien. L'approche était à l'époque directement centrée sur la notion d'habillage et d'accompagnement. Une musique rendait le message plus populaire et plus ludique.

L'apport musical s'est également vite révélé nécessaire pour renforcer la mémorisation des messages. Et ça marche ... comme l'a démontré Dim depuis des années et comme le re-démontrent aujourd'hui les Mma, Groupama et autres marques en quête d'impact rapide et de rémanence.  Le design musical étend aujourd'hui son champ d'action à la  sonorisation d'espaces (points de vente, agences bancaires, de voyages...),  de lieux publics (passages, centres commerciaux, halls d'accueil...)...

Pourtant, si les annonceurs ont bien compris quel intérêt ils pouvaient tirer d'une bande son bien travaillée en télévision, à la radio ou au cinéma, il n'en va paradoxalement pas de même sur Internet. Là, les marques font étalage d'une surdité surprenante quand on voit la force de différenciation que peut apporter le design sonore à un site, une publicité, un advergame...

Pour exemple, je vous invite à visiter ce site brésilien remarquable www.electrolux.com.br. Simple dans son design graphique mais bien léché au niveau du principe de navigation, la musique y tient une place particulière qui en définit l'univers, et est pour beaucoup dans l'expérience positive que l'on en retire.

Parler de design musical n'est donc pas un vain mot, bien au contraire, quand on voit comment les choix musicaux peuvent aider à porter un message. Dans un film entièrement typographique réalisé par Care avec l'agence Econovia pour promouvoir le Mois de l'Economie Sociale et Solidaire, la musique prend sens, celui de la prise de conscience, de la dénonciation et de l'action. Il dépasse le simple accompagnement pour devenir le message.

Pourquoi se passer de la dimension sonore du web alors que c'est justement un media qui l'autorise ? Pourquoi ne pas utiliser ce levier, qui a maintes fois fait la démonstration de son efficacité en termes relationnels mais aussi d'attribution, de rémanence... ? Pourquoi ignorer que  84% des 15-35 ans par exemple,  ont un avis très positif sur une marque qui s'associe à la musique* ?

Sur le Web, le marketing sonore est aussi un moyen d'augmenter la fréquentation d'un site, et la nouvelle tendance dans ce domaine est d'identifier les internautes et de leur proposer des musiques différentes suivant leur profil.  Il n'y a aucune difficulté technique dans l'intégration du son aux dispositifs Internet. Alors pourquoi ce silence assourdissant ? 

Dans une ère post-crise où il nous faut reconquérir les consommateurs, leur redonner de «l' envie», la musique aide justement à construire une relation fondée sur le désir et l'attachement, les marques deviennent conteuses d'histoires et "leur" musique,  un langage des émotions, dont le rôle est de créer plus de connivence et d'intensité.

Il est plus que temps d'accorder au son une vraie place sur la Toile ! Annonceurs, ouvrez vos oreilles !

Autour du même sujet