Distributeurs, votre capacité d’approvisionnement influe aussi sur vos marges

Le climat économique actuel crée de nouveaux défis pour les distributeurs, à mesure que les consommateurs réduisent ou retardent leurs achats, ou s’orientent vers des produits moins chers.

Pour surmonter la crise, certains distributeurs se sont accrochés à des solutions défensives à court terme. Ils ont ainsi dégraissé leurs gammes de produits, diminué leurs stocks, fermé des magasins et réduit leurs effectifs. D'autres encore se sont engagés dans une surenchère promotionnelle dangereuse pour leurs marges.
 
Or, il est des stratégies plus proactives pour fidéliser ses consommateurs et renouer avec la croissance. Ces temps incertains devraient en effet plutôt inciter les distributeurs à réévaluer leur santé opérationnelle et profiter des difficultés qui se présentent pour optimiser leurs performances et ainsi accroître leurs profits. Dans une optique de rentabilité et de solidité à long terme, il leur faut donc opter pour de meilleures pratiques, de celles qui sauront s'adapter aussi bien aux périodes creuses qu'à celles d'expansion.
 
L'approvisionnement des magasins s'avère être un des points d'amélioration significatifs, sur lequel les distributeurs peuvent influer pour augmenter leurs marges.
 
Dans les faits, les distributeurs doivent concentrer leurs efforts sur les produits en rupture de stocks, dans leurs entrepôts comme dans leurs linéaires. Indéniablement l'un de leurs plus gros problèmes, ils sont bien souvent synonymes de vente perdue. A l'inverse, les stocks excédentaires engendrent également de nombreuses pertes, dues aux dépassements de la date limite de consommation, aux réductions de prix appliquées pour écouler les produits, aux coûts de stockage, etc.
 
Si la multiplication des sources d'approvisionnement, des références et des promotions ne fait que remettre un peu plus en question cet équilibre précaire entre les stocks et les niveaux de service, ruptures et excédents peuvent être évités, grâce à une analyse approfondie du comportement de la clientèle.
 
En se basant sur les habitudes de consommation des clients sur chacun de leurs points de vente, et en recoupant ces données avec celles liées à leurs contraintes logistiques (fréquence des livraisons, capacités de stockage, etc.), à la saisonnalité des produits, ou encore à l'impact d'événements exceptionnels ou de promotions, les distributeurs sont alors en mesure d'anticiper la demande future et l'évolution des flux. Et de prévoir ainsi la juste quantité pour chaque produit.
 
Un meilleur approvisionnement est une condition obligatoire pour renforcer les capacités des distributeurs à faire face au changement, mais pas suffisante. Car après avoir optimisé leurs achats, ils devront également apprendre à mieux les stocker et mieux les vendre...

Autour du même sujet