Pourquoi les salons virtuels sont une alternative aux salons physiques

Les salons virtuels sont désormais devenus une alternative crédible et intéressante aux salons professionnels classiques. En effet, tout le monde trouve son avantage dans ces rassemblements virtuels d’un nouveau genre.

Tout comme Internet a révolutionné la façon dont le grand public consomme et communique, le formidable développement des technologies web est aussi en train de transformer la façon dont les entreprises appréhendent leur marché et gèrent leurs relations avec clients, prospects et partenaires. Internet est logiquement devenue la fenêtre de l'entreprise sur le monde et ce phénomène n'en est qu'à ses débuts, comme en témoigne l'explosion des réseaux sociaux d'entreprises. De nouveaux modes de rencontres professionnelles en ligne émergent. Dans ce contexte le modèle du salon virtuel est appelé à se développer, combinant les avantages des salons classiques et les multiples possibilités offertes par le Net.

Les salons physiques (les salons IT notamment) sont souvent localisés en région parisienne et drainent les mêmes acteurs. De plus la composition de ce public est difficile à cerner: il est en effet peu évident de faire la part entre visiteurs vraiment intéressés et partenaires, concurrents, étudiants ou chercheurs d'emploi. La note finale de ces salons s'avère par ailleurs très élevée pour les exposants: coûts directs liés à la présence, mais aussi coûts indirects liées à la monopolisation d'une partie importante des équipes et des dirigeants; à cela s'ajoutent différents déplacements lorsque l'entreprise ne se trouve pas en Ile de France, avec tous les aléas engendrés (circulation, grèves, etc.).

En outre, ces faits soulèvent une autre problématique qui revient de plus en plus dans les débats: la question écologique et le coût carbone des salons physiques. En effet toute manifestation est nécessairement à l'origine d'impacts sur l'environnement (consommation de papier, déplacements, transports, déchets, énergie...) et les salons traditionnels n'échappent pas à la règle.

La fréquentation des grands rendez-vous informatiques ne cesse de diminuer alors que la problématique de rentabilisation des évènements se fait de plus en plus pressante; pour faire face à ces contraintes les salons proposent de multiples thématiques bien souvent peu cohérentes, et visiteurs comme exposants n'y trouvent plus leur compte.

Parce que désormais la réponse technologique à ces problèmes existe, les salons virtuels vont s'imposer comme une alternative logique aux salons traditionnels. Loin du bruit et de l'agitation qui règnent dans les halls d'exposition, le visiteur bénéficie aujourd'hui d'une expérience de navigation intuitive qui conjugue approche fonctionnelle et graphismes recherchés. De leur côté les exposants vont pouvoir prendre la température de leur marché et interagir avec leurs visiteurs en temps réel. Messagerie instantanée, vidéo, partage d'écran et démos sont autant de services à leur disposition.

Le salon virtuel offre donc à chacun une solution efficace aux difficultés rencontrées par les salons classiques puisqu'il permet un gain de temps et de productivité pour les participants. Il résout également une partie des problèmes liés à l'impact environnemental des salons physiques. Alors, osons le dire, le virtuel est devenu une réalité incontournable, seule réponse à la perte de vitesse des salons traditionnels.

Autour du même sujet