L’iPad et le futur du commerce de détail

La France serait le deuxième marché de l'iPad dans le monde après les Etats-Unis. Quel impact s’apprête à avoir l’iPad sur le secteur du commerce de détail dans l'Hexagone ?

Comme la majorité des lancements de nouveaux produits Apple, l'iPad a suscité un intérêt énorme chez les particuliers comme chez les professionnels. Le géant de l'informatique a vendu 1 million d'iPad dans les 28 jours qui ont suivi le lancement aux Etats-Unis. L'appareil a connu un succès fulgurant de ce côté de l'Atlantique également puisque, selon une étude du broker RBC Capital Markets, les prévisions de vente de l'iPad en 2010 placeraient la France en deuxième place derrière le marché américain.

 

A mi-chemin entre le smartphone et l'ordinateur portable, l'iPad apporte aux utilisateurs un nouveau moyen de rester connectés lors de leurs déplacements. Bien que certains aient reproché au produit de n'être qu'un iPhone surdimensionné, l'accueil a été positif, la majorité des gens appréciant la possibilité de feuilleter facilement des pages Web non réduites.

 

Les entreprises ont réagi rapidement pour saisir les opportunités que réserve ce nouveau produit : les dernières statistiques révèlent que plus de 5 000 applications ont déjà été créées spécialement pour l'iPad. Ce chiffre devrait croître sensiblement au cours des prochains mois, le temps que le marché français intègre l'appareil.

 

Pour les détaillants, il est clair que l'iPad va mettre les stratégies intercanales à l'épreuve comme jamais auparavant, et il est essentiel que les entreprises se préparent à l'impact potentiel de l'appareil sur le secteur du détail en France. Voici quelques points clés à ne pas négliger :

 

L'iPad et ses 5 impacts majeurs sur le secteur de la vente au détail :

Un catalyseur pour la vente au détail mobile
le commerce mobile est déjà extrêmement populaire mais certains clients disent répugner à faire des achats avec leurs appareils portables en raison de la taille réduite des écrans dont ils sont dotés. Il ressort d'une enquête réalisée l'an dernier par ATG auprès de 1 000 consommateurs français que 26 % des personnes interrogées seraient plus enclines à adopter le commerce mobile si les fabricants de smartphones proposaient des appareils aux écrans plus grands.

Le résultat de cette enquête a d'autant plus d'importance stratégique quand on sait que, selon une étude menée par le Centre pour la recherche sur le commerce de détail (Center for Retail Research), l'e-commerce français a bondi d'un tiers (+ 33 %) en 2009, à 24,7 milliards d'euros, et devrait encore progresser de 31,4 % à 32,5 milliards d'euros en 2010. Avec sa tablette grand format, l'iPad répond à ces attentes, et les détaillants qui n'ont pas encore adopté le canal mobile doivent réagir vite pour pouvoir tirer pleinement parti des opportunités qu'il présente.

Changer l'expérience sur le lieu de vente
L'iPad devrait avoir un impact considérable sur l'interaction en ligne entre les détaillants et les consommateurs, mais il peut aussi la modifier sur le lieu de vente. Par exemple, les détaillants pourront équiper leurs vendeurs d'iPad pour que ces derniers puissent répondre immédiatement à la question d'un client sur un produit qui n'est pas en stock en affichant rapidement toute l'information recherchée en ligne sur leur appareil, et ce où qu'ils se trouvent dans le magasin.

Satisfaire les clients avec des applications
Bien que l'on puisse objecter qu'il est inutile de créer une application spécifiquement pour l'iPad puisque les acheteurs peuvent accéder facilement à la totalité de la toile, les détaillants qui ont choisi de s'engager sur la voie de l'application profiteront de nombreux avantages. Par exemple, le développement d'une application iPad leur permettra d'utiliser des détecteurs de mouvements pour faire vivre aux consommateurs une expérience inimaginable sur d'autres plateformes.

Demande d'interactivité supérieure
Certains détaillants font un bon usage du contenu en ligne pour offrir à leurs clients une expérience d'achat dynamique, mais il va leur falloir faire mieux. En effet, l'utilisation de l'iPad incitant de plus en plus de gens à se connecter sur le Web, les attentes à l'égard des sites de commerce électronique se font plus fortes que jamais et les détaillants qui ne s'imposent pas maintenant risquent de se voir confisquer des parts de marché par leurs concurrents. 

Une attention du public plus disputée
Il y a longtemps que les détaillants s'efforcent de capter l'attention des internautes consommateurs, mais l'iPad place la barre encore plus haut. En effet, contrairement à un PC ou même à un ordinateur portable, les consommateurs pourront utiliser l'appareil n'importe où, et tout en se livrant en même temps à beaucoup d'autres activités, comme regarder la télévision ou voyager. Les détaillants doivent donc proposer une expérience de shopping captivante et hautement personnalisée s'ils veulent que leurs clients restent de fidèles consommateurs.

 

Parce que cet outil allie confort de navigation et mobilité, l'iPad devrait avoir un impact positif sur le comportement des e-consommateurs, permettant de convertir un visiteur en acheteur. Cependant, si l'on veut tirer profit des bénéfices qu'apporte une plus grande utilisation des tablettes par les prospects, il faut proposer à ces derniers une relation client optimisée et surtout interactive.

Pour être efficace, cette stratégie doit impérativement être mutlicanale, autrement dit il est nécessaire d'offrir une qualité de service qui soit équivalente d'une plateforme à une autre ; tout simplement parce que demain les utilisateurs pourront accéder à un site aussi bien via leur ordinateur, que leur tablette ou leur téléphone. S'ils veulent profiter du boum des achats en ligne, les e-commerçants doivent déployer une stratégie mutlicanale au service d'une relation client optimisée.

Autour du même sujet