Les systèmes logistiques du cross canal

L'analyse des conséquences d’une distribution cross canal et de la mise en place des systèmes correspondants montre la possibilité de gains logistiques stratégiques.

La mise en place d'une distribution cross canal modifie considérablement les fonctions logistiques tant en amont (approvisionnement)  qu'en aval (préparation des commandes).  La stratégie de stockage change également. Les nouveaux systèmes logistiques du cross canal changent techniquement et économiquement les moyens à disposition des distributeurs.

1-      En partant du besoin aval
La logistique de l'e-commerce (BtoC) oblige à maîtriser et optimiser la préparation des commandes individuelles. L'outil classique de préparation des commandes par prélèvement dans les allées picking a été  dans beaucoup d'entreprises remplacé par un système beaucoup plus efficace conçu autour de ramasses globales traitées ensuite soit sur des trieurs mécanisés soit par des systèmes de tris successifs (système L4 epsilon).   De plus,  ces nouveaux systèmes de préparation de commandes sont parfaits pour traiter le flux tendu puisque leur principe est de partir d'un « tas » de produits en vrac puis de les trier vers leurs destinataires.   Cette technique étant maîtrisée, le réassortiment dit UN  pour UN des magasins, c'est à dire la préparation efficace de commandes,  pour les magasins,  comprenant de nombreuses lignes chacune de 1 ou 2 articles seulement, en remplacement des articles vendus la veille ou l'avant-veille,  devient possible pour un coût non prohibitif.   Elle permet aussi d'aller plus loin et donc de traiter pour le  magasin des commandes individuelles de clients qui seront préparées séparément du réassort et livrées au magasin, ou directement chez le client,  en sachet ou colis unitaire par client. Une des conditions  techniques du cross canal est ainsi résolue.   Les conséquences stratégiques ont alors impressionnantes : plutôt que de livrer et mettre en stock avancé en magasin des assortiments importants, dont on ne se débarrassera des invendus qu'au moment des soldes, on peut diminuer la profondeur de stock en magasin et élargir au contraire le référentiel présenté sur étagère. Le magasin devient un showroom de l'enseigne.   Si alors, on permet au site internet de proposer la totalité du référentiel de l'enseigne et non plus comme fréquemment un sous ensemble, le magasin devient  aussi le show room  du site internet. (Voir l'article N° 4 Objectifs du Cross Canal :« Booster »  le CA et faire croître  la marge)   Les conséquences sur la logistique « amont »
Beaucoup d'entreprises se sont lancées voici quelques années et encore récemment dans le multi canal,  c'est à dire dans la juxtaposition d'une distribution en magasins d'une part et d'une  distribution via internet d'autre part. Elles ont malheureusement, en général, mis en place des logistiques séparées, le plus souvent un entrepôt et un système logistique servant les magasins et un autre le BtoC. Les approches présentées ci-dessus changent complétement la donne sur tous les aspects. Pourquoi avoir deux  stocks coûteux alors qu'un seul suffirait et pourrait alimenter tant les magasins que les ventes internet ? Pourquoi avoir deux systèmes de préparation de commandes alors que le même pourrait réaliser  le réassort de détail et les  commandes individuelles ? Pourquoi, si on a une activité internationale, multiplier  les entrepôts locaux alors qu'un seul suffit (parfois 2 ou 3 mais à l'échelle de l'Europe) et qu'il suffit d'avoir des plateformes régionales de préparation de commande alimentées en flux tendu à partir de l'entrepôt central ? Bien sûr,  pour faire fonctionner correctement cette nouvelle organisation il faut modifier les systèmes informatiques qui doivent savoir :
. Piloter et optimiser les flux,
. Gérer les pénuries et  affecter les disponibles entre le réassort et les ventes internet.
Rien d'insurmontable. Le système d'approvisionnement est aussi impacté.
Il convient de distinguer l'approvisionnement direct lointain, souvent par campagne saisonnière, que l'on trouve principalement en textile,   et l'approvisionnement à partir des fournisseurs disposant de stocks en Europe. Dans le premier cas, on dispose d'un stock de départ, pour la période considérée. On a alors tout intérêt à ce que ce stock soit en un seul point, que l'assortiment initial des magasins soit le plus faible possible et de travailler ensuite avec des plateformes de préparation de commandes régionales alimentées en flux tendu par cet entrepôt central et assurant,  chacune,  d'une part  le réassort type Un pour Un des magasins et, d'autre part, la préparation des commandes individuelles. Les gains sont stratégiques : un seul entrepôt, un seul stock, limitation des invendus, soldes facilitées, gains en transport. Dans le deuxième cas,  la solution la plus efficace apparaît clairement : supprimer les entrepôts et travailler en flux tendu avec les fournisseurs, en ne  gardant dans les plateformes régionales de préparation de commandes que le picking réserve minimal pour assurer les quelques jours de consommation couvrant les délais d'approvisionnement des fournisseurs incapables de livrer régulièrement en J +1/  J +2. Ceci suppose simplement de mettre en place l'outil technique qui sait faire. Les gains sont alors aussi stratégiques. 2-      Les systèmes informatiques et logistiques Les systèmes informatiques permettant de piloter et d'exécuter une activité de distribution cross canal font appel: -      A des systèmes ERP -      A des systèmes CRM -      A des systèmes front et back office -      A des systèmes logistiques et de préparation de commandes -      A des systèmes décisionnels  batch et temps réel A noter que sur le plan logistique, l'utilisation du flux tendu et des outils spécialisés (comme L4 Epsilon)  simplifient fortement a contrario la logistique opérationnelle et les systèmes complexes de gestion d'entrepôt type WMS ne sont plus utilisés que pour leurs fonctions basiques : inutile de dépenser des sommes astronomiques pour des WMS sophistiqués : il faut concentrer ses investissements  sur la partie ERP (pilotage des flux et approvisionnements) et sur le CRM (gestion clients- voir articles 3 et 4 publiés sur www.distributon-ecommerce.fr) En conclusion , non seulement le cross canal permet  de booster son CA mais aussi permet de faire des économies logistiques stratégiques.

Autour du même sujet