MVNO : Recherche de l’indépendance, quel modèle ?

Le marché français des opérateurs mobiles est resté en 2010, sans surprise, sous la domination des 3 opérateurs majeurs. Les parts de marché des MVNO, ne dépassant pas 6% en 2010, nous éclairent sur leur pénétration limitée sur ce marché.

En regardant les chiffres de juin 2010 (Tableau 1), on observe que les MVNO ont une croissance annuelle nette six fois plus importante par rapport aux opérateurs mobiles.

Les MVNO sont aussi plus présents sur la gamme des prépayés. Cette gamme, représentant globalement le tiers du parc de cartes en France, est un marché sur lequel ces opérateurs se positionnent de gré ou de force (Les parts de marché de l'ensemble des opérateurs virtuels sur le postpayé sont 2 fois inférieures à celles sur le prépayé [1]). Or la gestion des clients prépayés est une activité complexe chez tout opérateur et requiert une forte réactivité et une maîtrise importante des plates-formes de services ad hoc et du Système d'Information (SI).

un autre marqueur inhérent aux MVNO est très souvent leur spécialisation sur des services ou types de clients particuliers. Cela nécessite aussi de construire une architecture qui porte une offre dédiée et optimisée, ce qui passe souvent par des plates-formes particulières et un SI efficace et réactif tout en optimisant la taille pour réduire les coûts.


Avec un marché contrasté entre l'omniprésence des opérateurs majeurs et les quelques niches de marché adressées par les MVNOs, nous retrouvons deux axes majeurs pour le développement des MVNO :

  • accroître leur autonomie;
  • construire et gérer des offres de bout en bout.

     

    1-    Quelles étapes pour atteindre l'autonomie ?

    La valorisation des usages est un art d'équilibriste vital pour les MVNO. La réflexion d'un MVNO autour de sa stratégie de facturation le conduit le plus souvent à proposer des tarifs très attractifs pour pouvoir concurrencer les opérateurs classiques. Or cette stratégie connaît des limites.

     

    Il existe différents types de modèle que nous vous proposons de découvrir: nous allons partir du modèle classique, où le MVNO a une autonomie réduite et dépend de son MNO, pour aboutir au modèle le plus accompli, avec le « Full MVNO » qui permet à ce dernier d'être très compétitif.

     

    a)    Etape 1 : Un MVNO totalement virtuel

    Dans le scénario classique d'un MVNO totalement virtuel, c'est-à-dire avec une infrastructure réduite à un SI minimal, les valorisations et taxations des usages sont majoritairement traitées sur les équipements des opérateurs hôtes. Les commutateurs de Coeur de Réseau tracent les usages forfaits, les plates-formes de services tracent, valorisent et parfois facturent les usages prépayés et spécifiques. Dans certains cas, les échanges entre le MVNO et le MNO transitent via un MVNE.

    Ainsi dans ce modèle, ces fonctionnalités se trouvent totalement portées par les opérateurs hôtes. De facto, les MVNO (comme par exemple : NRJ Mobile, Carrefour Mobile, Auchan Mobile) sont confrontés aux limitations et contraintes (techniques, humaines ou de planning) que leur imposent leurs opérateurs. En outre, les animations des offres, les évolutions des usages et tarifs perdent de leur confidentialité : pour être implémentées, elles sont soumises et détaillées à l'opérateur qui les mettra en place, souvent après les avoir adaptées pour qu'elles soient mises en oeuvre sur ses équipements.

     

     

    b)    Etape 2 : Autonomie réduite du MVNO

    Dans un scénario intermédiaire, les MVNO réalisent en propre le contrôle d'une partie de ces fonctionnalités (valorisation, taxation, contrôle, enrichissement d'usages...) en intégrant un ensemble de plates-formes dédiées. Ces opérateurs alternatifs commencent souvent par déporter dans leur environnement des plates-formes IN prépayées. Cela requiert d'implémenter les éléments suivants :

  • une interface normalisée avec les frontaux de leurs opérateurs hôtes ;
     la mise en place de briques fonctionnelles gérant, idéalement, tous les usages (voix, SMS, Data...) ;
  • une logique de valorisation, taxation et fonctionnalités annexes. 

    Même s'il donne certaines libertés au MVNO (comme par exemple : Virgin Mobile, Tele2 Mobile, Breizh Mobile), ce modèle est souvent vu comme transitoire ou inachevé par ces opérateurs, qui tendent plutôt vers le schéma « Full MVNO ».

     

    c)    Etape 3 : le Modèle « Full MVNO »

    Dans ce scénario, le MVNO possèdera ses propres éléments de réseaux comme les HLR, des plates-formes de services, des éléments de coeur de réseau qui permettent d'acheminer les appels via des opérateurs tiers et un SI plus étoffé. Cependant, il ne détiendra pas la partie radio ni les commutateurs du Coeur de Réseau. Ce modèle passe concrètement par :

  • l'obtention d'un code réseau auprès de l'ARCEP ;
  • l'intégration chez le MVNO de HLR et de plates-formes IN (et autres plates-formes de services) ;
  • potentiellement l'ajout de passerelles récupérant et gérant certains trafics ;
  • la mise en place d'un Système d'Information dédié.

     

     La construction d'une gamme de services mobiles, maîtrisés de bout en bout, par le MVNO ne peut donc s'opérer qu'en créant un tel écosystème. BT Spain, 6GMobile Hollande, Telenet Belgique sont des exemples illustrant ce modèle.

     

    2-    Comment gérer des offres et services de bout en bout avec ce modèle « Full MVNO» ?

    La notion fondamentale véhiculée par ce modèle est la complétude : gestion complète des différents états des clients, des différents usages, des différentes catégories de clients, des superpositions des offres commerciales.

  • Que le client soit hors réseau, connecté, injoignable, inactif, tout cela est connu au niveau du HLR, et donc contrôlable soit au niveau du HLR, soit au niveau d'une plateforme de services, soit au niveau du Système d'Information.

     

  • Lorsqu'un client initie un usage (Voix, Visio, SMS, Data,...), les commutateurs du Coeur de Réseau peuvent soit acheminer le trafic directement dans les cas « simples » pour des clients postpayés sans services additionnels, soit le faire sous le contrôle de certaines plates-formes du MVNO soit enfin router cet usage vers une passerelle du MVNO (la terminaison des appels vers l'international, par exemple).

     

  • Ce modèle gère aussi bien les clients postpayés (HLR et SI propres au MVNO, ainsi que des plates-formes d'enrichissement de services pour certains clients spécifiques, tel le Ring Back Tone), que les clients prépayés (IN dédié).

     

  • Toutes les stratifications d'offres et de tarifications nécessaires pour le marketing sont gérées par le MVNO. Les promotions et bonus mis en place pour les clients prépayés sont poussés sur les plates-formes IN via des interfaces d'administration locales ou intégrées dans le SI. Leurs équivalents pour les postpayés sont, de la même façon, managés sur les moteurs de valorisation et de taxation du SI.

     

    Dans un tel schéma, une construction cohérente d'offres peut être orchestrée par le MVNO et mise en place par ses équipes, ses fournisseurs et prestataires de services, et plus occasionnellement en faisant appel à des actions de la part de l'opérateur hôte.

     

    a)    Quels sont les avantages du modèle « Full MVNO » ?

    Ce modèle coûte cher ! Le ticket d'entrée est d'au moins quelques millions d'euros d'investissement, et monte à quelques dizaines de millions selon le périmètre et les services précis à y inclure. Mais les avantages métiers et opérationnels sont multiples :

     

    -       Maîtrise des fournitures de services :

  • maîtrise de la chaîne de provisionning des clients de bout-en-bout. Les MVNO maîtrisent l'arrivée de nouveaux clients et le délai de leur activation sur les plates-formes. En effet, ils les provisionnent eux-mêmes sur le HLR et la PF IN qui leurs appartiennent.
  • maîtrise de la chaîne de contrôle des usages c'est à dire l'ensemble des mécanismes mis en place par un opérateur pour contrôler (autorisations, interdictions) en mode anticipatif le trafic d'un client. En mode « Full MVNO », ceci est possible à travers la maîtrise du provisionning/deprovisionning des services (sur HLR et IN) pour chaque client et le contrôle temps réel fait par ces équipements.
  • maîtrise des mécanismes de valorisation, facturation et refacturation ;
  • maîtrise de la chaîne collecte de tickets, DataWareHouse et décisionnel associé.

     

     

    -       Savoir-faire technologique :

  • pouvoir choisir et implémenter les bonnes évolutions logicielles pour mieux gérer les offres et promotions ;
  • faire des choix réfléchis basés sur une stratégie à long terme des technologies adaptées.

     

    -       Maîtrise des projets et des processus de production :

  • maîtrise de la planification des paliers logiciels vis-à-vis du TTM (Time To Market) des lancements de services, de promotions et d'offres ;
  • garder la confidentialité du contenu des offres permettant une meilleure compétitivité du MVNO ;
  • être tout simplement en lien direct avec les fournisseurs et intégrateurs télécoms et informatiques.

     

    -       Contrôle de la relation avec l'opérateur hôte :

    ·         faciliter de changement d'opérateur hôte ;

    ·         meilleure position pour renégocier les termes contractuels avec les opérateurs hôtes ;

  • meilleure étanchéité dans la gestion des évolutions logicielles, des déploiements de nouvelles offres et dans la gestion des incidents.

     

    -       Meilleure expertise de la relation client :

    La relation client porte l'image de la société. Ceci est d'autant plus vrai pour les MVNO, pour lesquels les appréhensions des clients restent fortes.

    Aussi, la prise en main des équipements HLR, IN et ceux du SI permet au MVNO d'avoir le contrôle de ces équipements à valeur ajoutée, de toutes les bases de données clients et de leurs services. La maîtrise du provisionning, l'aptitude à mieux comprendre les problèmes des clients et à réagir plus efficacement en découlent.

    Cette maîtrise se construit aussi en contrôlant mieux les canaux de vente et de provisionning associés (paiements en ligne, par exemple).

     

    Ces avantages ne doivent bien sûr pas nous faire oublier les difficultés opérationnelles pour atteindre ce modèle :

  • Il exige de repenser plusieurs briques du MVNO, la stratégie, les services à lancer, l'image à forger dans le marché... Ceci peut être un investissement interne considérable et mener à une ré-organisation importante de plusieurs équipes.
  • Par ailleurs, la relation avec le MNO est à revoir et à reconstruire (notamment au niveau contractuel et du périmètre de responsabilités).
  • Il faudra aussi assurer une phase transitoire vers ce modèle, ceci en assurant la continuité du niveau des services déjà fonctionnels.

     

    b)    Quels sont les investissements nécessaires ?

    Les choix technologiques faits pour les déploiements initiaux des équipements du « Full MVNO » peuvent se répercuter positivement ou négativement sur la vie des produits et services que développera cet opérateur virtuel.

    Les choix doivent s'orienter aujourd'hui selon les axes suivants :

  • convergence et prédominance du tout IP ;
  • se caler sur les évolutions futures des réseaux des MNO, qui sont soit en R4 soit en IMS ;
  • essayer de mutualiser autant que possible les services et fonctionnalités sur un nombre réduit de plates-formes ;
  • poser la réflexion sur un système à haute disponibilité, avec idéalement un minimum de DRP ;
  • réfléchir de façon exhaustive aux intégrations des plates-formes dans leur écosystème global (interactions avec d'autres plates-formes, interfaçage avec le Coeur de Réseau du MNO, interactions avec le SI) ;
  • être au courant des produits du marché via une veille active et fructifier cette veille dans les choix technologiques.

     

    Une fois ces éléments posés, réfléchis et priorisés, les choix technologiques faits par le MVNO seront en adéquation avec leur stratégie et leur vision à long terme, ainsi qu'avec l'écosystème technologique ambiant.


     

    Les MVNO ont su en quelques années imposer un premier pas solide dans le monde des télécommunications mobiles. Avec un marché émietté aujourd'hui, les MVNO se retrouvent avec une panoplie de services parfois créés dans l'urgence et selon les contraintes du moment.

    Des schémas d'évolution se dessinent de plus en plus nettement, avec l'émergence sur le marché du modèle « Full MVNO » plébiscité par plusieurs MVNO et accéléré par l'arrivée du quatrième opérateur. Parce qu'il nécessite des investissements lourds pour se réaliser, ce modèle ne convient pas à tous les opérateurs virtuels. Certains pourront dans les prochaînes années suivre ce modèle et réussir à captiver des parts non-négligeables du marché. Néanmoins, rien ne sert de courir, il faut partir à point ! Scénarios réfléchis, services bien construits et choix judicieux de technologies pérennes, associés évidemment à une organisation adéquate permettront à plusieurs MVNOs de faire le grand saut...tout en gardant les pieds sur terre !



     

    Glossaire :


    CDR

    Call Detailed Record

    Ticket généré sur un commutateur du Coeur du Réseau du MNO

    DRP

    Disaster Recovery Plan

    Défini le plan de reprise d'activité

    GGNS

    Gateway GPRS Support Node

    Passerelle entre les SGSN et les plates-formes de services Data

    HLR

    Home Location Register

    Base de données réseau d'un opérateur 

    IMS

    IP Multimedia Subsystem

    Architecture NGN tout IP des réseaux mobiles 3G et plus

    IN

    Intelligent Network

    Plateforme de gestion de services

    MNO

    Mobile Network Operator

    Opérateur « classique »

    MVNE

    Mobile Virtual Network Enabler. Une entreprise qui offre une solution technique ou des services qui permettent à un MVNO de lancer son activité d'opérateur mobile.

    MVNO

    Mobile Virtual Network Operator

    Opérateur utilisant une partie du réseau et du SI d'un opérateur classique

    SGSN

    Serving GPRS Support Node

    Equivalent du commutateur pour les usages Data

    SIM

    Subscriber Identity Module

    Stocker en autres les informations spécifiques à l'abonné d'un réseau mobile

    TAP3

    Transferred Account Procedure

    Ticket de taxation des appels passés sur des réseaux étrangers

     

     

  • Autour du même sujet