Le rachat de OMGPOP par Zynga : le casual/mobile gaming en pleine essor

Un événement a secoué la planète gaming en ce printemps 2012: Zynga, le géant américain du social gaming, a acheté l'éditeur OMGPOP pour un peu plus de 200M US$. Malgré l'absence de chiffres et metrics précis sur la société OMGPOP, comment ce montant peut-il se justifier ?

Le véritable tournant pour OMGPOP, société gravitant dans le casual gaming sur web et mobile depuis environ 6 ans avec une cinquantaine de jeux à son actif, s'explique par le raz de marée d'un de ses titres les plus récents : Draw Something. Cette application, lancée avec un budget marketing de moins de 100 000 $, est passé de 0 à plus de 35 millions de joueurs en moins de 2 mois, chacun d'eux payant 0,99$. Création de valeur from scratch : plus de 30M de $. Le genre de chose qui n'arrive pas tous les jours. Les facteurs clés du succès de cette application ? Un jeu très grand public, simple à utiliser et fun, une intégration parfaite des mécaniques d'interactions sociales et enfin une distribution intelligente et tactique. Si continuer à faire croître l'audience d'une application telle que celle-ci deviendra de plus en plus ardu vu les volumes, elle a (de très loin) la masse critique pour vivre dans le temps. A condition de la chérir chaque jour tel un trésor.
Pour faire face au churn destructeur des joueurs, Draw Something aura un besoin continue de sang neuf en termes de contenu, de fonction, d'évolution, et bien sûr d’internationalisation. Le meilleur exemple qui défraye également la chronique avec sa dernière version Space : Angry Birds. Acquérir 200M$ Rovio (Angry Birds) il y a trois ans aurait provoqué le même sentiment d'étonnement que certains ont eu ces derniers jours, alors que maintenant ce montant aurait l'air d'une bouchée de pain. Zynga fait le pari que OMGPOP a les reins solides et le savoir-faire pour développer leur titre phare, des inputs technologiques et marketing ainsi qu'une équipe OMGPOP qui s'est façonnée durant six ans d'expériences, de succès, d'échecs. Si des milliers d'éditeurs existent dans le monde entier, ceux qui ont su attirer plus d'un million de joueur se compte en dizaines. Le point important de cette histoire fantastique est que la création de valeur générée par un casual game sur mobile est unique en son genre et que d'autres jeux/applis phénomènes sont sur cette voie.
Bravo Zynga, bravo OMGPOP, et vive le casual social gaming !

Social gaming