Les géants du Net veulent nous atteindre au portefeuille...numérique

Avec la création de Paypal en 2000, le e-commerce a vécu une forte évolution. Aujourd’hui, les géants du Net se mènent une bataille intense pour le contrôle des paiements en ligne. Google introduit la dématérialisation du paiement: fini la carte bancaire pour payer, le portable suffit.

Google et Paypal, les deux géants du Net
La concurrence entre Google et Paypal, racheté en 2002 par eBay, a commencé lors du lancement de Google Checkout début 2006. Fonctionnant sur le même principe que son rival, ce système permet de s’affranchir de l’utilisation de sa carte bleue pour faire des achats en ligne. Très utile pour les sites de e-commerce qui fleurissent sur le web.
En effet, pour acheter le dernier gadget  high-tech, il suffit de saisir son compte Paypal ou Google Checkout, lié à sa carte bleue ou à son compte bancaire, auprès du vendeur pour faire la transaction. Le site tiers ne connaîtra jamais les informations confidentielles, ce qui est très rassurant pour les acheteurs.
Payer avec son mobile, un nouveau challenge
Aujourd’hui, c’est vers un nouveau terrain que Google s’aventure, celui du paiement par mobile. Avec ce nouveau moyen de paiement, il sera possible de payer chez des marchands physiques. Quand Google agrandit son champ d’action et s’introduit dans la vie quotidienne : c’est Google Wallet.
Le fonctionnement est simple, chaque smartphone doit être équipé d’une technologie de communication sans-fil à courte portée, appelée NFC (« Near Field Communication » pour « communication en champ propre »). Il suffit de passer son smartphone sur une borne disponible chez les commerçants. Plus besoin d’insérer sa carte bancaire à chaque paiement, tout est substitué par le smartphone. Les informations qui transitent sont cryptées. Cependant, il y a quelques étapes à franchir, comme équiper les mobiles et les commerçants.
Google se lance avec des partenaires prestigieux comme MasterCard ou Citi Group, entre autres. Des chaines de restauration rapide, comme McDonald’s ou Burger King, seraient déjà équipées de cette nouvelle technologie sur le continent américain.

La concurrence n’est pas bien loin

Paypal riposte et se lance également dans le paiement par mobile mais d’une autre manière, avec le service Paypal Here. Le fonctionnement est différent : dans ce cas, il s’agit de transformer un smartphone en borne de paiement grâce à une application et un petit lecteur de carte bancaire se pluggant dessus. Une solution à destination des petits commerçants et marchants mobiles.
Cependant, Paypal n’est pas le pionnier de cette technologie. C’est Square, créée début 2010 par un des co-fondateurs de Twitter, qui a pris ce pari risqué mais qui semble bel et bien payer. La société est valorisée aujourd’hui à plus d’un milliard de dollars et compte plus d’un million de commerçants aux Etats-Unis. Toutefois, la puissance de frappe de Paypal n’est pas des moindres.
A surveiller de près aussi, Skimm, a encore une vision différente : elle utilise les QR codes (code-barres à 2 dimensions) générés par les commerçants en ligne ou physiques. De plus, cette start-up est française.
Une nouvelle petite révolution est en marche.

La puissance de ces technologies ne s’arrête pas là. Les offres promotionnelles qui inondent la toile, bons de réduction et cartes de fidélité, avec Groupon, Facebook Deals et maintenant, Google Offers s’intégreront à ces nouveaux moyens de paiement, et seront donc avec les utilisateurs, partout. La relation client/habitude de consommation devrait être encore plus affutée. Le challenge est de séduire les commerçants en premier lieu, les acheteurs ensuite. Reste à voir comment la France va accueillir ces nouveautés.

Autour du même sujet