Les nouvelles extensions Internet « communautaires »

Le .PHYSIO, annoncé ce jour même, souhaite représenter la communauté de la physiothérapie en proposant des noms de domaine qui se termineront en .physio. Par exemple: www.internet.physio.

Un projet intéressant qui caractérise bien les nouvelles extensions Internet de type « Communautaires » à voir le jour à partir de 2013. Il s’agit de ce que l’on appelle en anglais « a niche extension », ou extension niche car elle s’adresse à un petit groupe représentatif d’une certaine activité, professionnelle bien souvent. Les extensions Communautaires protègent la communauté qui va acheter ces noms de domaine en retreignant leur accès à ses membres uniquement.

Ainsi, pour acheter un nom de domaine qui se termine en .physio (monsiteinternet.physio par exemple), il faudra démontrer son appartenance à la communauté de la physiothérapie en validant certaines règles lors de l’achat.

La physiothérapie  est assez méconnue en France, pourtant, l’extension .PHYSIO est une idée ingénieuse car limiter sa définition à ses six premières lettres permet de s’adresser à plusieurs langues et couvrir ainsi plusieurs pays pour sa promotion. Des projets français ont été annoncés dernièrement sur ce même principe : .ARCHI (architectes)  .MED (médecine)  .IMMO (immobilier).

Quelques chiffres 
  • 185 000 USD pour déposer une candidature à l’ICANN ;
  • 700 000 physiothérapeutes dans le monde ;
  • 450 000 USD pour créer l’ organisme de gouvernance du .PHYSIO (le Registre) et faire la promotion de ces nouveaux noms de domaine ;
  • 20 000 noms de domaine est l’objectif de vente;
  • 100 USD environ est le prix de vente d’un nom de domaine ;
  • 2 sont le nombre d’organisations représentatives de cette communauté : L'Australian Physiotherapy Association et The World Confederation for Physical Therapy.
La base de calcul des 3% d’une population est assez utilisée par les entrepreneurs dans le cadre des projets de création de nouvelles extensions, elle varie entre 2% et 5%.
L’objectif des 20 000 noms de domaine est réalisable mais cela pourrait prendre du temps car bien qu’il s’agisse d’un marché  niche et qu’il y a peu de chances que ce projet soit concurrencé, d’autres candidatures « médicales » pourraient voir le jour et créer une certaine confusion.  Les intéressés devraient alors avoir à faire des choix : .PHYSIO ou .MED ? Aussi, le risque existe que la communauté n’accroche…tout simplement pas.
Comme nous l’avions vu avec  l’extension Internet .MUSEUM, les conditions d’éligibilité étaient, et sont toujours, tellement restrictives que ce registre n’a vendu que 447 noms de domaine depuis sa création, en 2003. Le Registre du .JOBS, qui tente désespérément « d’ouvrir » l’accès de ses noms de domaine au plus grand nombre, a vendu 44 482 noms de domaine depuis 2005. Des chiffres inquiétants car le cout d’entretien de ces extensions Internet est important, « vendre » est impératif. 
Il sera intéressant de voir dans les deux à trois années qui arrivent si les projets Communautaires sont réellement supportés par leurs institutions car il n’en va pas seulement de la pérennité du Registre, il en va aussi du développement et de la valorisation de ces Métiers grâce à Internet.

Autour du même sujet