4 idées reçues sur le RTB

Le Real Time Bidding (RTB) est le sujet le plus discuté du moment dans le domaine de la publicité en ligne. Arrivé en 2011, le principe de vendre aux enchères de l’espace publicitaire internet en temps réel sur des places dédiées a vite été plébiscité par les acteurs du e-commerce.

Si le RTB est en train d’être adopté par nombre d’annonceurs et d’agences, pourtant, des idées reçues persistent.

Idée reçue n°1 - Le RTB, c'est très compliqué

Méfiez-vous des apparences, si son écosystème peut paraître complexe, faire du RTB n’est pas plus compliqué que d’effectuer une proposition d’enchère sur un site de e-commerce comme Ebay. Pour se lancer, il faut commencer par apprendre les bonnes pratiques et s'associer au bon partenaire, pour qu'il vous accompagne dans la maîtrise de vos coûts d'acquisition et de votre budget. Bien évidemment, les pratiques en place continuent d’évoluer. Il est donc important de rester en alerte !

Idée reçue n°2 : Le RTB, c'est cher et pas rentable

Comme lors de l’élaboration de tout projet, il est primordial de bien définir les objectifs que l’on souhaite atteindre en amont. Les algorithmes des DSP, plate-formes de services dédiées aux annonceurs et aux agences, permettent d’optimiser l’achat d’espace. Elles sont construites de manière à respecter l'objectif des annonceurs et des éditeurs. Mais au-delà de la plate-forme, le RTB permet de mettre l’annonceur en relation avec la bonne cible.
Le fait de servir la bonne impression au bon client, permet à celui-ci de bien réagir à la campagne. C’est l’objectif de tout annonceur de faire en sorte que l’expérience de son client soit bonne et qu’idéalement elle soit concrétisée par un acte d’achat. Le RTB est l’outil idéal pour cela. Il est forcément rentable si l'on respecte le coût d'acquisition du client. Et, croyez-le ou non, le RTB n'est pas plus cher que le display !

Idée reçue n°3 : Le RTB demande des coûts d'acquisition importants

Il ne faut pas avoir peur du RTB car il permet une grande maitrise du coût d'acquisition. Avec le Real Time Bidding, on achète presque un cookie. Si vous lancez une campagne qui concerne la cible des femmes de 25 à 40 ans, alors vous placerez vos enchères précisément sur cette cible. L’annonceur ne peut pas être perdant !
Il suffit de choisir la valeur que l’on souhaite donner à une cible et d’évoluer de manière stratégique. Si le prix au CPM est élevé, on peut faire une proposition qui correspond davantage au budget. Le RTB permet d’avoir un meilleur retour sur investissement. Avec le display, on achète un nombre d'impressions qui vont nous offrir une potentielle opportunité de toucher sa cible. La différence, c’est qu’avec le RTB, on est tout de suite en plein dans le mille puisque l’on a déjà accès à la cible de son choix.

Idée reçue n°4 : Le RTB n’est pas rapide

Le RTB est avant tout une technologie qu’il faut savoir apprivoiser. Les premiers pas peuvent prendre du temps. Ce temps est nécessaire pour que les algorithmes prennent en compte vos critères. Ce point peut rebuter les annonceurs qui souhaitent obtenir des résultats immédiats. Mais le jeu en vaut la chandelle, puisqu’une fois les critères pris en compte, il ne reste plus qu’à jouer !

 

Autour du même sujet