Innovation : la techno n'est rien sans l'humain

Trop souvent, il se dit nous vivons une époque formidable, comme si nous étions plus heureux que nos ancêtres Comment renier le confort de nos maisons chauffées, éclairées, connectées ? Ce confort et cette facilité ne doivent pas nous faire oublier l’essentiel: l’Internet et les nouvelles technologies n’ont rien inventé.

Non, rien. Il y avait, déjà, des rendez-vous dans les rues avant le téléphone mobile, des réponses aux questions avant Google, des correspondances avant l’email. Tout n’est qu’humain. Les technologies décuplent nos capacités, cognitives, verbales, physiques. Elles rendent les choses plus facile et plus rapides. Mais elles ne les créent pas. Tout au plus, elles les influencent. Mais la volonté d’agir reste la même, l’envie d’influencer notre environnement, d’inventer, demeurent indemnes.

C’est pourquoi, toute approche s’appuyant sur les nouvelles technologies doit partir de l’humain. Nous autres, Français, plutôt bons ingénieurs, avons tendance à développer des solutions à la recherche d’un problème. D’ailleurs, en France, les aides à l’innovation, Crédit Impôt Recherche en tête, subventionnent quasiment toujours la R&D ; jamais la capacité à aider l’utilisateur dans sa volonté d’agir, le Design d’une solution ad hoc. Pourtant, c’est toujours de la perception qu’un besoin est correctement adressé que naît une adoption irrésistible. C’est l’empathie pour l’utilisateur qu’il faut remettre au goût du jour, pas les brevets. Bref, un peu d’humain.

Pour exemple, dans le domaine de la vie quotidienne, certaines sociétés se sont données la mission de fluidifier un acte de tous les jours : les courses. Tous les jours, nous célébrons une société de consommation qui a un grand défaut : il faut gérer ses besoins d’achat et ceux de ses proches. Des études ont montré à quel point faire les courses pour sa famille est générateur de stress et de déception pour celui ou celle qui s’y attelle : oublis, achats inutiles, méprise dans le choix des marques, sans oublier le temps perdu… les frustrations sont nombreuses. A l’évocation d’une liste de courses, beaucoup imaginent un papier sur le frigo ; pourtant, chez les possesseurs de smartphones, un tiers des listes de courses sont déjà faites sur mobile… en mode prise de notes.
Car oui, tous les distributeurs proposent des applis mobiles qui gèrent des listes, mais 80% des consommateurs visitent plusieurs enseignes De plus, une liste de courses se pense à plusieurs et non seul(e) sur son mobile. Là aussi, il faut remettre l’humain au centre.

Et si la révolution ne tenait qu’à une simple appli  mobile collaborative, gratuite, capable de gérer ses listes de courses, de recommander à ses proches des articles à mettre en liste, de partager des besoins d’achat ou de déléguer sa liste de courses ? C’est en regardant les hommes vivre, que l’on s’aperçoit que ce sont parfois les choses les plus simples qui changent la vie… Tout simplement.

Autour du même sujet