L'essor du Web-to-Store, ou comment l'e-commerce peut accroître la visibilité des boutiques physiques

S’il est coutume de dire que le e-commerce a un rôle néfaste sur les commerces physiques, ce n’est pas toujours le cas.

Au contraire, l’effet inverse se produit notamment lorsqu’il s’agit de services, comme sur les secteurs de la beauté et du bien-être. Dans ce cas de figure, le e-commerce endosse un rôle moteur dans le développement de la notoriété des établissements (Spas, salons de coiffure, instituts de beauté, etc.), en étant la vitrine virtuelle de leurs savoir-faire et générant du trafic en boutique. Pour arriver à ce résultat favorable, une stratégie cross canal doit être pensée avec des outils marketing adaptés et des partenaires compétents.

Internet au secours des petits commerçants

Avec un centre ville de plus en plus investi par des centres commerciaux, des chaînes ou des réseaux de franchisés, les commerçants indépendants ont plus de difficultés à émerger. Leur faiblesse repose sur le fait qu’au delà de leur zone de chalandise, ils n’ont plus aucune visibilité. Même si la création d’un site Internet apparaît comme un premier élément de réponse pour drainer du trafic, encore faut-il ensuite savoir générer du trafic vers son site Web, compétence que n’a pas forcément tout gérant d’un établissement de quartier.

Un comportement d’achat en évolution

On le sait, le comportement d’achat des internautes a bien changé : ils veulent se forger leur propre opinion et ont besoin de juger depuis leur ordinateur ou leur mobile de la qualité et de la fiabilité des offres qu’ils consultent : ils lisent les avis, regardent les photos et les vidéos, comparent les prix.
C’était déjà le cas pour les biens matériels, cela le devient aujourd’hui pour les biens immatériels, avec sans doute un niveau d’exigence encore plus élevé s’agissant de services à la personne les touchant en propre. Cerise sur le gâteau sur ce marché, il leur semble aussi naturel de pouvoir prendre rendez-vous quand bon leur semble, bien au-delà des horaires d’ouverture des établissements.
Par ailleurs, l’ultra proximité n’est plus nécessairement un pré-requis pour les consommateurs qui sont désormais prêts à se déplacer s’ils estiment que le rapport qualité/prix en vaut la peine.
Alors comment combiner ces nouveaux comportements de consommation à la peine qu’éprouvent certains commerces à émerger ? C’est là l’essence même du Web to Store.

Autour du même sujet