Comment ne pas fausser la Fête des Pères

La Fête des Pères vient de passer ! Puisque les enfants s’y prennent à la dernière minute mais aussi parce qu’Internet est toujours un moyen de dénicher les meilleures affaires, bon nombre de cadeaux offerts aux papas cette année seront encore achetés en ligne.

Cependant, il est très important d’être prévoyant lorsqu’on achète sur le Web.

En effet, près de 7 % des produits achetés en ligne dans le monde s’avèrent être des contrefaçons : un véritable problème, pour les acheteurs comme pour les entreprises qui en sont victimes. A un prix défiant toute concurrence, votre achat en ligne qui semblait être une affaire en or, peut en fait n’être qu’une gigantesque escroquerie.
Tant pour éviter une Fête des Pères gâchée que pour vos achats de tous les jours, et en tant que spécialiste en ligne en matière de protection des marques, nous avons travaillé avec de nombreuses entreprises mondiales pour aider à combattre le problème grandissant de la contrefaçon.

Voici nos cinq meilleurs conseils pour les acheteurs :

1) Le prix

Si cela semble trop beau pour être vrai, ça l'est probablement. Si l'article est à moitié prix de celui sur le site de la société réelle, c'est probablement un faux. Ainsi, il est fort utile de rechercher le prix de vente conseillé (PVC). Même si l'article a un rabais peu important, 20% par exemple, il convient de vérifier d'autres éléments du site pour voir s’ils correspondent.

2) Le site lui-même

Un site, d'aspect professionnel, ne signifie pas forcément qu’il respecte la loi. Certains peuvent, à première vue, sembler légaux mais les contrefacteurs ne sont pas toujours aussi prudent sur le « A propos » ou la page « FAQ ». Les chineurs doivent parcourir l'ensemble du site et vérifier les moindres détails ainsi que les options de livraison, car les sites les moins dignes de confiance sont beaucoup moins susceptibles de s’encombrer avec ces aspects.

3) Politiques de retour et de confidentialité

Les sites fiables indiquent toujours leur politique de confidentialité. Si l'article ne correspond pas ou est endommagé, il doit être renvoyé - un vendeur de bonne foi doit fournir une option de façon à pouvoir annuler ou retourner la marchandise.

En outre, les contrefacteurs prennent rarement le temps de rédiger une politique de confidentialité claire et précise. C’est un signe d'avertissement s'il n'y en a pas un sur le site. La description de la politique et la langue utilisée doit être claire et concise, les fautes d'orthographe flagrantes ou le manque de détail doivent être un motif de suspicion.

4) La réputation

Il est fortement conseillé de réaliser des recherches avant d'acheter des marchandises sur un site internet. Vérifiez si le site ou le vendeur est mentionné sur l'un des sites d'alerte à l’arnaque. Effectuez une recherche « vendeur + escroquerie » et voyez ce qui est dit.

5) Vérifiez l'adresse Web

L’usurpation d'identité sur le site internet d'une marque, aussi dénommé cybersquattage », est un phénomène en constante croissance. Lorsque vous faites une recherche pour le nom de la marque, les fautes d'orthographe doivent être vérifiées, autant dans le lien du site Web que dans l'adresse URL. Si l'adresse commence par https://, le «s» indique à l'utilisateur qu'il s'agit d'un site sécurisé.

Nous invitons les consommateurs à suivre ces conseils de base afin d’éviter d’être piégés sur Internet. Ainsi, nous l’espérons, les enfants du monde entier pourront éviter d’offrir à leur papa une pâle copie de Fête des Pères.

Autour du même sujet