Pourquoi j’ai choisi PayPlug plutôt que PayPal

Pour nous, commerçants indépendants, recevoir des règlements par carte bancaire peut permettre de séduire de nouveaux consommateurs et constitue ainsi un levier de croissance. Revue détaillée de mon expérience personnelle des solutions de l’américain PayPal et du français PayPlug.

Outre le coût de ces solutions, la simplicité est vraiment un facteur clé pour franchir le pas et ne pas faire fuir le client.
Pour une petite boutique en ligne, il est parfois difficile de mettre en place un contrat de vente à distance (VAD) avec une banque.
La principale raison, ce sont les coûts élevés demandés par la banque (la mienne me demandait 150€ de frais de dossier puis 350€ de frais d’ouverture… allez, c’est Noël tous les jours !), puis l’abonnement mensuel qui vient s’ajouter aux commissions prélevées sur chaque transaction. Ces commissions, lorsqu’on fait un “petit chiffre d’affaire” (comprendre : moins de plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois), sont souvent élevées elles aussi et viennent rogner sur la marge déjà réduite de la boutique.

C’est pourquoi, le plus souvent, les petites boutiques se tournent vers la solution PayPal

Sans engagement, l’offre de base permet de se créer un compte marchand et de recevoir les paiements effectués par carte bancaire en ne payant que la commission sur les ventes, qui comprend un montant fixe de quelques dizaines de centimes et un pourcentage sur le montant total de la vente.
Le souci, c’est que PayPal n’a pas une forte notoriété auprès de certaines populations d’acheteurs – ceux qui n’achètent qu’occasionnellement sur Internet, par exemple – et le formulaire de paiement est mis en page de telle sorte que lorsqu’on n’a pas de compte PayPal, on est fortement incité à en créer un.
Cela fait fuir une partie des clients qui pensent à tort qu’il est impossible de payer sans créer de compte, ou alors me fait perdre un temps considérable quand les personnes m’appellent et que je dois les guider au téléphone tout au long du processus de paiement, sans avoir moi-même leur écran sous les yeux. Sans parler du fait qu’il n’est pas vraiment possible de personnaliser la page de paiement de PayPal et que les clients se retrouvent donc sur une page qui reprend mon nom personnel plutôt que le nom de ma boutique en ligne : en tant qu’entreprise individuelle, je suis immatriculée en mon nom propre, et “Elisa Fair” correspond en fait à mon nom d’enseigne (ou nom commercial).
PayPal propose pourtant une solution qui, sur le papier, s’avère alléchante : l’option Intégral Evolution. La différence avec l’offre de base ? Contre un abonnement de 25 € par mois, on peut personnaliser le formulaire de paiement en rajoutant le logo de l’entreprise ou de la boutique – Ahhh, mieux ! – et surtout, pour celles et ceux (comme moi) qui ont une boutique qui tourne sous Prestashop, il est possible grâce à un module d’intégrer le formulaire de paiement par CB directement dans la page de validation de commande sur le site de la boutique. Donc finies les lourdes incitations à se créer un compte PayPal, et à la clé, une amélioration de la simplicité du processus d’achat puisque le client ne quitte même plus le site pour payer.
Dans les semaines précédant l’ouverture de ma boutique de cadeaux et accessoires originaux Elisa Fair, j’ai donc contacté PayPal pour bénéficier de cette option. Bien que le processus soit supposé ne prendre que 3 à 5 jours, il aura fallu un mois et demi et un changement d’interlocuteur (la première ayant mystérieusement disparu dans la nature sans aucune explication et surtout, sans que personne ne reprenne ses dossiers) pour obtenir une réponse positive de leur part et la validation de l’option dans mon compte. Ça, c’était fin novembre.
C’est ensuite que les ennuis ont vraiment commencé : pendant une semaine, n’ayant pas de développeur sous la main, je me suis battue avec leur documentation technique incompréhensible et rédigée entièrement en anglais pour essayer de faire fonctionner leur module, en vain.
Lors du passage d’une commande test, PayPal encaissait bien les fonds, mais ne générait aucune commande dans l’administration de ma boutique en ligne, si bien que je n’avais aucune moyen de savoir qui avait commandé quoi, ni où livrer. Mon interlocuteur commercial m’a alors proposé un rendez-vous téléphonique dans les jours suivants avec l’un de leur technicien pour résoudre ce problème. Le technicien en question ne m’a jamais contactée, ni le jour prévu ni ceux de la semaine suivante, et chaque appel au numéro d’aide technique de PayPal est facturé 11 centimes d’euros la minute, ce qui refroidit pas mal quand on sait qu’on risque de passer un moment en ligne avec eux. Quant au forum officiel de Prestashop, il regorge de messages de marchands qui n’arrivent pas à installer cette option Evolution, mais n’offre malheureusement que peu (voire pas) de solutions à ce problème.
Contrariée par tout ce temps perdu à un mois de Noël, j’ai fini par envoyer un e-mail à mon interlocuteur commercial pour l’informer de ma décision de résilier immédiatement cette option impossible à faire marcher. À ce jour – soit une semaine plus tard – je n’ai toujours pas de réponse de sa part. Il semblerait qu’il ait lui aussi disparu dans la nature. [EDIT : il m'a finalement rappelée ce matin, soit au bout de 10 jours et après une relance un peu sèche, et l'option Evolution est donc désactivée]
La bonne nouvelle, c’est qu’au même moment, une de mes amies e-commerçante dont la boutique tourne également sous Prestashop m’a parlé de PayPlug, une solution de paiement par carte bancaire disposant également d’un module sous Prestashop. Sans engagement, sans abonnement et avec une commission sur les ventes plus intéressante que celle pratiquée par PayPal, la solution paraissait séduisante.
Lundi dernier, je me suis donc penchée sur son installation et… en moins de dix minutes, tout était parfaitement opérationnel ! À ma grande satisfaction, le module à fonctionné immédiatement.
Quant aux ventes, elles génèrent bien une commande récapitulative dans mon back-office, et je suis également prévenue par PayPlug à chaque fois qu’un paiement est reçu, les deniers en question étant virés sur mon compte en banque à ma demande et sans qu’il soit nécessaire d’atteindre une somme minimum en cliquant simplement sur un bouton.
Pour comparer, PayPal facture 1 € lorsqu’on veut virer une somme inférieure à 100 € depuis son compte PayPal vers un compte en banque.
Sur leur site, PayPlug explique son fonctionnement : le client de la boutique en ligne achète en fait de l’argent virtuel, qui est ensuite converti en euros par les partenaires bancaires de PayPlug (dont le Crédit Mutuel fait partie) puis reversés au marchand pour l’achat du/des bien(s).
Pour le client, c’est totalement transparent : il remplit le formulaire avec ses coordonnées bancaires et lorsque la transaction est terminée, sa commande est validée et confirmée par la boutique en ligne. Pour le marchand, la transparence est la même : l’argent est reversé sur son compte PayPlug, et peut être viré à n’importe quel moment sur son compte en banque, sur un simple clic.
Un autre point fort de cette solution de paiement simple et innovante, c’est qu’il m’est possible de prendre des commandes par téléphone : j’envoie alors une demande de paiement via l’application en ligne ou mobile de PayPlug que mon client reçoit par e-mail, et il peut me payer de cette façon car il est redirigé sur le formulaire sécurisé adéquat.
Mieux encore, si je participe à un salon ou à un marché, je ne suis plus limitée à encaisser les chèques et l’argent liquide, puisque je peux également faire parvenir ma demande de paiement par CB via un SMS à mon client, qui peut donc me régler depuis son smartphone de façon sécurisée en suivant simplement le lien vers le formulaire de paiement en ligne.
Cerise sur le gâteau, la hotline de PayPlug est extrêmement efficace et réactive. Peu après mon inscription, je leur ai demandé s’il était possible de mentionner le nom de ma boutique en ligne sur le formulaire sécurisé de paiement en plus de mon nom propre, afin de ne pas déstabiliser mes clients, et cela a été fait dans les minutes qui ont suivi.
Désormais, je dispose donc d’une solution de paiement par carte bancaire simple, fiable et rassurante pour mes clients. Je ne peux donc qu’applaudir des deux mains et conseiller à tous les e-commerçants qui se lancent et n’ont pas encore les fonds ou l’envie de négocier un contrat de VAD avec leur banque de se tourner vers PayPlug, une solution française qui est, j’en suis sûre, promise à un bel avenir.

Paypal