Publication d'un Top 50 des extensions premium

Non, toutes les extensions Internet ne se ressemblent pas ! C'est le message du StartingDot, opérateur du .bio, .archi et du .ski, qui lance un classement des extensions premium. Histoire de se démarquer du .com.

Au 3 avril, elles étaient déjà 583. Presque 600 de ces nouvelles extensions Internet qui ambitionnent d'apporter une meilleure signalisation sur les autoroutes de l'information. Des .nyc pour New York au .google utilisé par le géant du Net pour son poisson d'avril 2015 (un site fonctionnel, mais où tout était inversé et se lisait donc comme dans un miroir, a été mis en ligne l'espace de 24 heures à l'adresse http://com.google), ces nouvelles extensions prolifèrent depuis un peu plus d'un an.

Sur ce marché naissant, les opérateurs de ces extensions travaillent d'arrache-pied pour marquer leur différence face aux .com et autres .net. Car sur les 1930 dossiers déposés auprès de l'ICANN, le régulateur du nommage sur Internet, en 2012, nombreuses sont celles à ne pas s'être calquées sur le modèle faible coût/faible distinctivité du .com. Car avec ses 115 millions de nom (fin 2014), l'extension phare du Net n'est plus descriptive de grand chose si ce n'est, justement, l'Internet lui-même.

Des adresses Internet plus descriptifs

Certains acteurs des nouvelles extensions n'ont pas pris de risque. Ils ont conçu des clones du .com. D'autres ont préféré innover en visant, par exemple, des communautés spécifiques. Ainsi le .archi. Réservée aux architectes, cette extension se pose comme le nouveau label de cette profession sur le Net. Une idée qui fait sens. Prenons l'exemple fictif du cabinet XYZ Architectes. Ce dernier sera nettement mieux servi par l'adresse http://xyz.archi que par un l'adresse http://xyz.com qu'il serait d'ailleurs illusoire de vouloir obtenir, cette dernière étant en effet déjà enregistrée depuis 1994 ! Or non seulement l'adresse en .archi est-elle disponible (au moment de la rédaction de cet article) mais de plus, elle est beaucoup plus utile aux clients du cabinet XYZ, à qui elle indique clairement le domaine d'activité ainsi que le fait que ce cabinet soit bien celui d'architectes avérés.

Pour StartingDot, l'opérateur du .archi, ce type d'extension doit être considéré comme "premium". Comment identifier ce type d'extensions ? Elles sont en moyenne 3 fois plus chères que le .com car elles permettent de labéliser des métiers, des activités ou des secteurs industriels.

Du fait de leur positionnement premium, ces extensions ne peuvent rivaliser en nombre d'enregistrement avec celles ayant opté pour un modèle plus traditionnel et donc plus proche du .com. Afin de les suivre, Starting Dot a donc compilé un classement, le "Premium TLD 50". Une centaine d'extensions premium ont été identifiées, leur prix de vente public relevé, et le nombre de noms enregistrés compilé.

Ce classement sera mis à jour tous les trimestres et vise ainsi à apporter un complément aux statistiques plus génériques publiées par l'ICANN sur l'ensemble des nouvelles extensions.

ICANN / Google