3 innovations bluffantes pour booster vos KPI

Depuis deux ans, l'email vit une révolution technologique. Désormais dynamique et interconnecté, il jouit d'un regain d'intérêt auprès des acteurs du web. Retour d'expériences sur 3 applications qui ont boosté ses performances.

1/ Passez à l’envoi dynamique sur vos emails

Nous souhaitons tous voir nos taux d’ouverture augmenter. Car mécaniquement qui dit plus d’ouvertures, dit plus de clics et donc plus de business.Jusqu’à présent, votre routeur vous recommandait de shooter le mardi à 8 heures car d’après les moyennes enregistrées, c’était le jour où il enregistrait ses meilleures performances. Bon élève, vous avez suivi ses recommandations à la lettre. Aussi, quelle n'a pas été votre déception quand malgré tous vos efforts, vous n'avez pu présenter à votre board d'amélioration majeure sur vos taux d’ouverture.Mais êtes-vous sûr d'avoir adopté la bonne stratégie ?

En effet, chacun de nous est unique. Aussi, si nous souhaitons améliorer nos taux, nous nous devons de travailler à l'individu et non plus sur des moyennes. Les webmails classent nos messages par ordre d’arrivée dans leur boîte de réception. Si vous avez envoyé votre email à 8 heures et que votre interlocuteur ouvre lui, sa boîte mail à 12 heures, 4 heures se sont écoulées. 4 heures durant lesquelles votre prospect a reçu un certain nombre d'emails, qui petit à petit rendent invisible le vôtre. Le fameux : dernier de la file. En utilisant une solution d’envoi dynamique c'est-à-dire une application qui déclenche l'envoi d'un email uniquement si l'internaute est en train de naviguer sur le web, vous parviendrez à redonner de la visibilité à vos messages. 

Ces derniers apparaîtront dans le Top 3 des derniers emails reçus par votre interlocuteur et ce, qu'il se connecte à partir de son mobile ou de son ordinateur.

RÉSULTAT : À l’instar des premières positions qui trustent les clics sur Google, les derniers emails concentrent l’essentiel de l’attention de votre interlocuteur.

+30% d’ouverture en moyenne sur les emails envoyés et près de 30% de réactivation sur vos inactifs. Des résultats qui, sur des temps forts tels que les fêtes de Noël, peuvent vous permettre de prendre l'avantage

2/ Passez au contenu dynamique (CDO) 

Il est désormais possible de modifier le contenu d’un email à l’ouverture de ce dernier, et cela même s'il est routé via un tiers (éditeurs, brookers, etc.)Les applications qui en découlent sont nombreuses. 2 exemples :

A/ Drive to Store : Vous n’avez plus besoin de géolocaliser vos emails en amont. Le message de ces derniers s’affiche dynamiquement en fonction du lieu où ils sont ouverts. Ainsi, un internaute qui ouvrirait son email à Marseille pourrait découvrir un email dédié à la ville de Marseille. Et si ce même internaute ouvrait son email le lendemain à Grenoble, il découvrirait alors l’actualité de Grenoble.

B/ Personnalisation 1 to 1 : A l’instar du display, il est désormais possible par email de différencier les messages en fonction des profils touchés. Vous pourrez ainsi être plus ou moins agressifs sur vos offres sans que tout le monde ne soit au courant de vos efforts. Vous pourrez proposer des expériences différentes selon la maturité de votre interlocuteur dans son processus d’achat. "C’est le deuxième email que ce prospect ouvre sur ma marque en 3 semaines, je vais lui proposer une action différente de la précédente".RÉSULTAT : Une meilleure expérience user. Des taux de réactivité jusqu’à 2X plus importants  

3/ Passez au PRM dynamique

Si vous avez conçu votre acquisition dans une optique CRM, rassurez-vous, vous avez déjà accompli 50% du travail. Néanmoins pour optimiser vos taux de conversion, il convient d’accompagner vos prospects dans leur parcours d’achat. Très peu en effet convertissent au premier contact (2 à 35 points de contacts selon les secteurs).
Or vous le constatez certainement déjà : le bon timing, c’est-à-dire le moment, importe bien plus que les données socio-démographiques que vous détenez ou que vous louez sur un profil. Ce timing n’est pas le vôtre, mais celui de l'internaute, le moment où lui a envie de passer à l'acte.
Aujourd'hui en effet, compte tenu de l’inventaire qualifié disponible sur le marché, cibler la bonne audience n'est plus un problème. Mais c'est bien votre capacité à séduire votre client au bon moment et sur chacun des points de contact avec lui qui s'avère complexe. Sans cela, lui qui ne cesse d’être sollicité de toute part, risque bien de vous faire faux bond au moment de valider sa commande.  
Aussi, dès lors que vous consignez une envie, vous devez tout mettre en oeuvre pour la comprendre et mieux y répondre. Cela passe par une relation personnalisée qui peut être faîte au travers d'une newsletter scénarisée (intégration de données de navigation, historiques d'achats ou encore push de vos propres services), mais aussi et surtout par une meilleure interconnexion des leviers de reciblage :  email, display, social, google, call, etc. Rien de plus énervant que de voir le même message partout et tout le temps.  
En suivant de près vos résultats, vous trouverez votre équilibre, celui de la juste sollicitation qui vous fera gagner bien plus de clients.  Résultat : Un ARPU en croissance de 40% sur les profils collectés

L’email évolue. Les innovations dont il jouit désormais lui apportent une seconde jeunesse qui couplée à sa maturité en font un des canaux si ce n'est le canal le plus performant du web.  Il suffit d'ailleurs pour s’en convaincre de lire le dernier post de Loic le Meur. L'avenir de l'email semble bel et bien passionnant. 

Google / Noel