Les iPhone 6 et 6 Plus sont désormais en vente

iPhone 6 0914 Respectivement de 4,7 et 5,5 pouces, les iPhone lorgnent du côté des formats phablettes... et suscitent un engouement démesuré.

Comme chaque année, la sortie de l'iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus, ce vendredi 19 septembre, a occasionné d'interminables files aux quatre coins du monde, pour des ventes qui selon les experts devraient battre tous les records. En France, les plus motivés étaient sur le pont dès 6h du matin, attendant patiemment devant les Apple Store de Paris, Lyon, Bordeaux et autres, pour se jeter dans le magasin à son ouverture, à 8h du matin. Ce sont plus de 4 millions de smartphones qui auraient été précommandés en une journée selon Apple.

Retour sur la keynote Apple

Présentant l'iPhone 6 le mardi 9 septembre du côté de Cupertino. Apple était bien décidé à frapper fort en dévoilant sa nouvelle gamme de produits. Preuve des enjeux que recouvrait cette keynote, celle-ci s'est déroulée dans l'enceinte du Flint Center, l'endroit même où Steve Jobs a présenté son premier Mac il y a de ça exactement trente ans. Sur scène, Tim Cook a très rapidement tué le suspense et confirmé les rumeurs qui ont filtré au cours des derniers mois : ce sont bien deux modèles d'iPhone qu'Apple propose. L'iPhone 6 d'un format de 4,7 pouces et d'une épaisseur de 6,9 mm et l'iPhone 6+, plus grand (5,5 pouces) et plus épais (7,1 mm). "Il s'agit des meilleurs téléphones que vous ayez jamais vus", annonce alors fièrement le PDG de la firme à la pomme. Tous deux bénéficient d'un écran "nouvelle génération", baptisé Retina HD.

iphone 6 def
Les premières images de l'iPhone 6. © Capture d'écran
Pas de révolution en ce qui concerne la puce en revanche qui, à l'instar des modèles précédents, est une puce A8 de 64 bits. Les 2 milliards de transistors présent dans le nouveau smartphone lui permettront toutefois d'être 20% plus performant côté micro-processeur et 50% plus performant côté graphisme. Un premier constat donc : Apple lorgne désormais ostensiblement du côté de la phablette et des jeux vidéos. Une ambition qui devrait sans doute encore une fois être freinée par la faible autonomie de la batterie des iPhone 6 et 6+ qui ne bénéficie pas d'amélioration particulière. 11 heures en navigation Wifi pour le premier et 12 heures pour le second, à en croire Apple. Tous deux sont également équipés d'un nouveau coprocesseur M8 dédié au mouvement. L'accent a, à nouveau, été mis sur l'appareil photo de 8 mégapixels qui dispose d'un nouveau capteur et d'un système de détection de visages plus rapides, baptisé "Selfie killer".
Le prix nu des appareils en France vient d'être communiqué. Ils seront vendus à partir de 709 et 809 euros nus pour les versions 16 Go et mis en vente à partir de vendredi prochain, 19 septembre. L'iPhone 6 coûtera 809 euros dans sa version 64 Go et 919 euros dans sa version 128 Go. Il faudra compter 100 euros de plus pour les mêmes versions de l'iPhone 6+. Précommande à partir du 12 septembre.

NFC + Touch ID = un grand danger pour Paypal

Apple a longtemps été circonspect vis à vis du paiement mobile, se refusant jusque-là à intégrer le NFC. Sans doute la société attendait elle d'avoir les moyens de frapper fort car avec "Apple Pay", combinaison du NFC et du Touch ID, elle ambitionne carrément de remplacer notre portefeuille et s'attaque à un business de près de 12 milliards de dollars par jour, arguant qu'un paiement par téléphone est plus sécurisé et pratique. Dans cette optique, l'iPhone 6 inclut ainsi une nouvelle puce sécurisée pour stocker les informations de paiement. Celles-ci ne sont d'ailleurs transmises au commerçant que pour une unique utilisation. Associée à Passbook, l'application qui permet de stocker tous ses billets et ses cartes de fidélité, la fonctionnalité a toutes les chances de devenir très populaire. D'autant que depuis McDonald's à Disney, en passant par Subway, les plus grands distributeurs ont d'ores et déjà rejoint un programme qui veut concurrencer Paypal. De même, Apple a collaboré avec des boutiques en ligne pour intégrer ce système à leur site.
Tenant son audience en haleine, Tim Cook a enfin repris le "one more thing" cher à Steve Jobs pour annoncer un nouveau chapitre à l'histoire d'Apple : l'Apple Watch. Montre connectée avec un cadran rectangulaire à bouts arrondis, déclinée dans trois styles (classique, sport et édition avec de l'or 18 carats), deux tailles et six bracelets. Les visuels dévoilés témoignent de la volonté d'Apple de faire de son Apple Watch une véritable montre-bijou constellée de capteurs lui permettant de récolter un maximum de données et de s'adapter à la posture de son détenteur. Il suffit ainsi de lever le bras pour que la montre affiche l'écran d'accueil. De fait, la montre mixe habilement écran tactile, boutons / molettes et utilisation de Siri selon les besoins. "Il s'agit de l'appareil le plus personnel que nous avons jamais créé. Il permet de nouvelles manières de se connecter et se présente également comme un appareil de santé et bien-être", a d'ailleurs précisé Tim Cook.  Deux nouvelles applications sont lancées : Fitness et Workout.
Dotée d'un accéléromètre, la montre peut, pêle-mêle, utiliser le GPS de l'iPhone, détecter le rythme cardiaque, fonctionner comme un talkie-walkie ou faire office de commande auprès de l'Apple TV. Elle donne également lieu à une nouvelle application qui permet à ses utilisateurs d'échanger des petits dessins qui disparaissent au bout de quelques secondes. Un erztatz de Snapchat donc. Apple Pay sera également compatible.

Dernière petite surprise: l'Apple Watch nécessite la présence d'un iPhone 5 au minimum pour fonctionner. Vendue à partir de 349 dollars, elle sera disponible début 2015 et devrait être proposée en précommande pour Noël.

apple watch bis
L'Apple Watch. © Capture d'écrans

Apple / Steve Jobs