Free Mobile : Martin Bouygues dénonce l'accord d'itinérance

Le patron de Bouygues Telecom fustige un accord qui permet à Free Mobile de s'affranchir des contraintes d'investissements qui affectent les autres groupes et qui lui permettent de proposer des tarifs ultra-compétitifs.

Alors qu'il était le seul patron à ne pas s'être encore exprimé depuis l'arrivée de Free Mobile, Martin Bouygues, le patron de l'opérateur, monte au créneau dans une lettre envoyée aux parlementaires français accusant le quatrième opérateur mobile d'avoir créé "une spirale destructrice", qui a notamment entraîné un plan de suppression de  postes chez Bouygues Teleco. Le patron de l'opérateur, particulièrement touché par l'arrivée de Free Mobile, ne décolère pas et tance l'accord d'itinérance passé entre Orange et Free Mobile qui permet à ce dernier de proposer des "tarifs ultra-compétitifs".


Selon lui, Free Mobile n'a dû "investir dans son réseau mobile que 142 millions d'euros en 2011 alors qu'il aurait dû être en phase d'investissement intense. Pendant cette même période, un opérateur comme Bouygues Telecom a consacré près de 600 millions à son propre réseau pour simplement le compléter et le moderniser." Au sujet de cet accord d'itinérance 2G et 3G qui semble cristalliser toutes ses inquiétudes, il préconise qu'il ne soit pas renouvelé une fois l'échéance de 2018 passée. Il enjoint ainsi les autorités publiques à exprimer "sans tarder, de la façon la plus claire et la plus ferme, que cet accord d'itinérance 3G n'a pas vocation à être renouvelé et que parvenu à son terme, il ne pourra être prolongé."

 

Bouygues Telecom / Free Mobile