Internet mobile : vers quelle mesure d'audience ? Bientôt d'autres appels d'offres en Europe

Le Royaume-Uni et la France ne sont pas les seuls pays à s'intéresser à la mesure d'audience. En Allemagne, Nielsen a remporté mi-2009 (en même temps que Médiamétrie en France) l'appel d'offres lancé par les opérateurs et travaille toujours à la constitution de son offre. Le projet semble pour l'instant avoir été retardé par la Cnil allemande, pour des questions techniques portant sur la confidentialité des données personnelles des mobinautes.  

 

En dehors des initiatives britannique, allemande et française, aucun autre appel d'offres n'a été lancé en Europe. Certains pays devraient cependant rapidement sauter le pas, comme l'Espagne, l'Italie, le Danemark et les Pays-Bas. "Quel que soit le pays, les méthodologies retenues seront certainement les mêmes qu'en France et au Royaume-Uni, estime Nicolas Guieysse, de l'AFMM. La GSMA a donné le 'la' au Royaume-Uni, et il serait assez peu probable de voir émerger une méthodologie moins précise qu'un mélange de logs d'opérateurs et de panel." 

 

Reste un grand absent : les Etats-Unis où, malgré quelques expérimentations isolées, aucune mesure officielle n'existe. Chez Comscore, Paul Goode reconnaît le retard américain sur la mesure d'audience, mais estime qu'il y a un réel intérêt pour le sujet outre-Atlantique. "Pour lancer une mesure vraiment fiable, il faut que tous les opérateurs y participent et le plus difficile est de parvenir à un accord entre tous les opérateurs sur l'industrialisation de la collecte des logs, tous les jours, pour tous leurs abonnés. Les Etats-Unis ont été moins rapides que les Européens sur ce point. Mais une fois qu'ils auront compris l'intérêt financier qu'il y a à développer ce produit, ils devraient être capables de rattraper leur retard très rapidement." 

Mesure d'audience