Orange se serait associé au clan Ben Ali pour obtenir une licence 3G

Orange aurait fait affaire avec le mari de la fille de l'ex-dirigeant tunisien pour obtenir sa licence 3G en 2009.

Selon Owni.fr, Orange aurait "monnayé son implantation" en Tunisie en 2009 en obtenant des licences 2G et 3G en créant une joint venture avec Marwan Mabrouk, le mari d'une des filles de l'ex-président Ben Ali. Le nom de l'homme d'affaires est présent dans la liste des 110 personnalités soupçonnées de corruption et dont les biens ont été saisis par les autorités tunisiennes de transition.

 

Selon le site, Orange aurait en effet investi 95 millions d'euros en juin 2009 pour acquérir 49% de la société Divona, devenue par la suite Orange Tunisie et dirigée par Marwan Mabrouk. Soit 25 millions de plus que sa valeur réelle. L'opération aurait permis à ce dernier de conserver 51% de la société pour un investissement de seulement 40 millions d'euros. Du côté d'Orange, cette association lui aurait permis de se garantir l'obtention de la licence et une implantation à bon prix sur le marché tunisien. Ainsi, Owni rappelle qu'un autre opérateur, Tunisiana, avait obtenu quelques mois plus tôt une licence 2G pour 280 millions d'euros.

 

Jeudi, au micro de France Inter, la nouveau patron de France Télécom, Stéphane Richard, a démenti ces accusations en afirmant : "notre activité en Tunisie ne procède pas de la corruption, et ne procède que du résultat d'un appel d'offres international, dans lequel beaucoup d'autres que nous étaient compétiteurs. On a investi en tout 260 millions d'euros en Tunisie pour déployer un réseau 3G". Orange Tunisie risque d'être prochainement nationalisé à 51%, comme l'ensemble des actifs deMarwan Mabrouk.

Orange / 3G