Ce contrat (plus si secret) qui lie Samsung à Google

Sans surprise, Google impose au fabricant de smartphones de mettre en évidences ses propres services... mais va parfois beaucoup plus loin en termes de droit de regard sur le produit.

La lutte acharnée que se livrent Samsung et Apple devant les tribunaux occupe les devants médiatiques depuis maintenant plusieurs années. Dernière épisode de cette guerre sans merci, les deux géants se sont retrouvés devant un tribunal californien auprès duquel Samsung doit répondre aux accusations formulées par Apple concernant l'utilisation de 5 brevets. Surprise, dans cette épreuve, Samsung peut compter sur un allié de taille, Google, dont les mails échangés par certains de ses dirigeants ont ainsi été joints au dossier pour montrer la bonne foi de Samsung. Google qui s'est également engagé à couvrir une partie des frais de justices de Samsung. 

Nul élan soudain d'altruisme pour le géant de l'Internet, ici, il s'agit en fait d'appliquer les termes d'un contrat, le Mobile Application Distribution Agreement (MADA) qui lie tout fabricant de téléphone à l'éditeur des applications Android. Un Mada qui a été, à cette occasion, rendu public dans sa version 2011. L'occasion d'apprendre des obligations aussi anecdotique que celle de nommer l'application mail de Google, "Google Mail" en Allemagne, contre "Gmail" dans le reste du monde. L'occasion, également, de comprendre un peu mieu les enjeux qui sous-tendent la distribution des applications de Google au sein des devices. L'épisode de l'éviction de Maps des iPhone, remplacé par Plans, l'avait bien illustré : l'installation par défaut de certains des services de Google est particulièrement lucrative pour ce dernier. C'est la raison pour laquelle Google impose à Samsung d'en faire son moteur de recherche par défaut et de placer les applications de Google à des endroits stratégiques, proches de l'écran d'accueil. Aussi les applications ne doivent-elles pas être "plus d'un niveau en dessous du top du smartphone". En d'autres termes, les fabricants ne peuvent pas les réunir au sein d'un dossier.

Les exigences de Google ne s'arrêtent pas là. La société impose ainsi à tous ses fabricants qu'ils lui communiquent des reportings mensuels chaque mois concernant l'évolution des ventes, par appareil et par pays. Concrètement, Google sait combien Samsung vend de smartphones chaque mois et où. Amusant, Google impose également à chaque fabricant de lui envoyer quatre exemplaires du smartphones, avant leur commercialisation, pour analyse et validation. Une exigence qui montre, alors que Samsung pèse tout de même près de 60% de l'univers Android, où penche vraiment le rapport de force....

Samsung MADA With Google by inafried

 

Google / Samsung