Serge Roukine (AppDays) "Nous choisissons des speakers qui font des applis au quotidien pour qu'ils partagent leur expérience"

Le cofondateur de la conférence dédiée aux créateurs d'applications mobiles détaille le programme des deux journées et donne son point de vue sur l'écosystème français.

roukine 275
Serge Roukine, cofondateur des AppDays. © AppDays

JDN. Présentez-nous cette troisième édition d'AppDays, qui se tiendra les 6 et 7 novembre, en quelques mots.
Serge Roukine. L'événement est dédiée aux créateurs d'application mobiles. Il y aura plus de 20 conférences, 2 tables-rondes et 6 ateliers pratiques. Le tout entrecoupé de pauses et de buffets de networking. Nous choisissons des speakers qui font vraiment des applications au quotidien et nous leur demandons de partager leur expérience, leur vécu et leurs conseils. Le Groupe Sud-Ouest expliquera, par exemple, comment architecturer un application à fort trafic, Deezer comment gérer son internationalisation et BlaBlaCar nous montrera comment il se transforme en société "mobile first". Les tables-rondes tourneront quant à elles autour de deux sujets : lever des fonds pour une application et la promouvoir. Les ateliers seront plus techniques : on y parlera HTML5, beacons, Android Wear entre autres.


Y-a-t-il des nouveautés par rapport à l'année dernière ?
Il y aura plus de monde que l'année dernière. Une application sera d'ailleurs proposée aux participants pour améliorer le networking et augmenter significativement le nombre de rencontres. AppDays est l'occasion de rencontrer de nouveaux partenaires, clients, prestataires ou associés.


Quel regard portez-vous sur l'écosystème mobile français ?
L'écosystème français des applications est impressionnant. Nous avons beaucoup de succès. Je pense à Sparrow, une application qui a eu un succès mondial et qui a été rachetée par Google. Sunrise, l'application de calendrier qui a levé 6 millions de dollars. Edjing également qui est leader mondial des applications de DJ sur mobile et dont les bureaux sont à Boulogne-Billancourt. Et je ne parle pas de Withings, Deezer et des dizaines d'applications ou de services moins connus qui cartonnent dans le monde entier sur mobile.


Créateur d'application mobile, quelles sont selon-vous les questions que je dois me poser en priorité avant de me lancer ?
Je dirais que comme tout créateur de startup, il faut se poser la question de l'utilité de l'application et essayer de concevoir un produit qui résout un vrai problème. Ensuite l'application n'est bien souvent que le sommet de l'iceberg, regardez Uber par exemple. Il faut donc se demander comment dépasser l'application et proposer un service clé en main. Enfin les smartphones permettent plus de choses que les PC (photos, vidéos, localisation, boussoles etc.) : il faut donc bien réfléchir à comment utiliser ces nouvelles opportunités pour proposer une expérience adaptée aux nouveaux usages et pas essayer de faire simplement du web sur mobile.


En quoi la démocratisation des objets connectés est-elle une opportunité réelle pour les développeurs d'applications ?
Nous aurons deux conférences sur le sujet avec IBM et Withings et un atelier spécifiquement sur Android Wear. Les objets connectés sont effectivement une belle opportunité pour les développeurs d'applications. Certains fabricants proposent des API et les géants du mobile proposent également des plateformes et des interfaces. Cependant ce domaine est encore en pleine gestation. On a encore du mal à dire qui va prendre l'ascendant et comment seront centralisées les données. Mais il y a clairement un grand champ d'expérimentation.

Autour du même sujet