Les dirigeants de Heetch poursuivis en correctionnelle

Après une garde à vue, les deux dirigeants de l’application qui propose aux particuliers de s’improviser taxis ont été déférés devant le procureur de la République.

Six mois après la garde à vue des dirigeants d'Uber France, accusés notamment d'exercice illégal de la profession de taxi, c'est au tour des patrons de l'application Heetch de se retrouver inquiétés par la justice. Après une garde à vue, ils ont été déférés mardi devant le procureur de la République et seront jugés pour "organisation illicite de mise en relation" avec des chauffeurs non taxis ni VTC et pour "complicité d'exercice illégale de la profession de taxi et "pratique commerciale trompeuse".

Le concurrent français d'Uberpop (dont la fonction a d'ailleurs été supprimée par Uber à la suite des ennuis judiciaires)  permet à des particuliers de s'improviser taxis pendant la nuit, pour ramener des fêtards de soirée en banlieue notamment. "L'application Heetch n'a jamais été condamnée et nous profiterons de cette procédure pour expliquer notre modèle et prouver notre légitimité", assure Teddy Pellerin, co-fondateur de Heetch.

Partage de frais, assure Heetch

Selon lui, "Heetch n'autorise pas le transport entre particuliers à titre onéreux et encore moins l'exercice illégal de la profession de taxi mais permet de partager des trajets entre particuliers." Le cofondateur assure ainsi que son application repose sur un partage des frais du véhicule entre passagers, comme Blablacar. Sur Heetch, aucun tarif imposé : les passagers sont libres de choisir le montant qu'ils versent au chauffeur. Mais l'application propose tout de même un montant, très souvent suivi par les passagers...

"En France, le fait de posséder une voiture représente un coût annuel moyen de 6 000 euros, ajoute Teddy Pellerin. Heetch bloque l'accès à la plate-forme aux conducteurs qui atteignent ce plafond (moins de 5%), mais les conducteurs Heetch amortissant en moyenne 1 858 euros sur l'année 2015, ce qui correspond à 3 trajets partagés par semaine."

Manifestation des taxis le 26 janvier

Les chauffeurs de taxis, qui préparent une nouvelle importante manifestation mardi 26 janvier, dénoncent l'application Heetch, plusieurs mois après la suppression d'UberPop.

Autour du même sujet