M6 finalise sa télé de rattrapage M6 Replay

La sixième chaîne française ouvrira, mercredi 19 mars, son service de catch-up TV, M6 Replay. Disponible gratuitement, il permettra de revoir pendant une semaine les programmes diffusés à l'antenne.

A partir du 19 mars, M6 donnera aux internautes une deuxième chance de ne pas rater ses programmes. Le groupe a présenté jeudi 13 mars sa catch-up TV, M6 Replay, actuellement en cours de finalisation. Elle permettra aux internautes de voir les programmes de la chaîne au moins sept jours après leur diffusion à l'antenne. Les programmes de la chaîne devraient y être disponibles environ une heure après leur passage.


98 % des programmes (magasines, divertissements, séries) de la tranche allant de 18 heures à minuit seront visualisables en ligne. A ce catalogue, s'ajouteront les magasines de la matinée ("Morning", "Hit Machine", etc.) et toutes les éditions des programmes d'information de la chaîne. Au total, environ 200 programmes devraient être disponibles simultanément via ce service. Seuls les films et les matches de football ne seront pas accessibles faute de droits. Concernant le cinéma, les producteurs refusent notamment d'autoriser la diffusion de leurs films sur ce qu'ils considèrent comme un service de VoD gratuit.


Ce service sera en effet financé par la publicité. Trois espaces par page seront proposés aux annonceurs. Parmi eux, la diffusion d'un spot avant le lancement du flux vidéo demandé par l'internaute. Procter & Gamble et Ford seront les deux premiers à diffuser leur réclame sur la catch-up TV, dès son lancement.

 

L'objectif fixé par le groupe est d'atteindre l'équilibre opérationnel du service en trois ans. "Nous visons un trafic d'au moins un million de visiteurs uniques à cet horizon", indique Valéry Gerfaud, directeur général de M6 Web, qui a développé M6 Replay. Pour l'atteindre, le président du directoire du groupe M6, Nicolas de Tavernost, n'exclut pas de chapitrer ultérieurement les programmes, afin notamment d'y insérer des publicités. "L'avantage d'Internet est qu'il n'y a pas de CSA, donc pas de contrainte quant au nombre de coupures publicitaires, se félicite-t-il. A nous de trouver le bon équilibre entre l'intérêt publicitaire et celui des internautes, sans autre forme de régulation."


M6 Replay ne sera accessible, dans un premier temps, que via un ordinateur connecté à Internet. Il devrait l'être également prochainement via les offres de TV ADSL des FAI ainsi que sur les téléphones mobiles. M6, déjà partenaire d'Orange pour M6 Mobile, assure cependant ne pas envisager d'accorder une quelconque exclusivité à l'opérateur. "Tout dépendra des offres qui nous seront faites", indique Nicolas de Tavernost.


En attendant, le groupe se félicite de ce qu'il présente comme une "alternative crédible" au piratage de ses programmes sur les sites de partage de vidéos comme YouTube ou Dailymotion. La chaîne, qui ne prévoit pas d'entamer de procédures judicaires à leur encontre affirme d'ailleurs travailler avec ces plates-formes en bonne intelligence. "Nous discutons actuellement avec l'ensemble des acteurs de leur technologie de marquage des contenus", précise Christian Bombrun le directeur général adjoint de M6 Web. Le groupe travaille d'ailleurs déjà à l'élaboration de la catch-up TV de la petite sœur de sa chaîne phare, W9.

M6 / VOD