Antitrust : Bruxelles se montre convaincu par les propositions de Google

Google proposera dans ses résultats de recherche en Europe les annonces de 3 ses concurrents à côté de ses propres services.

Le règlement de la procédure antitrust lancée par la Commission européenne à l'encontre de Google pourrait se résoudre à l'amiable. C'est en tout cas la voie qu'a ouverte Joaquin Almunia le commissaire chargé de la Concurrence, aux vues des dernières propositions du moteur de recherche. Pour éviter d'être accusé de favoriser ses propres services au détriment de ceux de ses concurrents, Google s'est engagé à proposer de la même manière les services de trois concurrents, "sélectionnés de manière objective".

"Ma mission est de protéger les intérêts des consommateurs, pas ceux des concurrents de Google, a explique Joaquin Almunia. Les propositions de Google apportent la possibilité aux consommateurs de choisir entre ses services et ceux de ses concurrents, et de manière similaire". Une amélioration qui sera aussi effective sur les futurs services proposés par le moteur.

Par ailleurs, Google s'est engagé à fournir aux fournisseurs de contenus une forme d'opt-out de leurs contenus sur ses moteurs, sans qu'ils soient pénalisés. Enfin, le groupe s'engage à n'imposer aucune exclusivité à ses clients annonceurs.

Cette annonce intervient alors que la Commission a refusé deux fois les propositions de Google en 2013 et menaçait la multinationale d'une sanction pouvant se monter à 10% de son chiffre d'affaires. Pour le lobby Icomp, qui regroupe les opposants à Google (Microsoft, Mappy, Wunderman...), cette sortie du commissaire européen constitue une désillusion. "Envisager un règlement sans consulter les parties prenantes constitue pour nous un échec retentissant. Nous ne croyons pas à la véritable intention de Google de s'en tenir à ces propositions", a-t-il commenté.

Google / Moteur de recherche