Microsoft lance la version française de Bing Une attention particulière portée aux ayants-droit

Outre son algorithme, Microsoft compte sur les partenariats pour imposer son moteur dans les habitudes de recherche des internautes. En vue du lancement de Bing en France, le groupe a signé plusieurs partenariats pour alimenter et faire remonter dans les résultats de son moteur des contenus de qualité, affichés dans des encadrés distincts des flux de liens. Cette stratégie d'accords non exclusifs, devrait être étendue par le moteur à d'autres acteurs pour accroître la qualité de ses résultats.


exemple d'encadré mettant en valeur le partenariat entre bing et pagesjaunes
Exemple d'encadré mettant en valeur le partenariat entre Bing et PagesJaunes © Capture d'écran / Microsoft

PagesJaunes propose par exemple son service d'annuaire via un bloc de résultats locaux. En plus des liens vers les sites de commerçants référencés, Bing proposera leurs coordonnées postales et téléphoniques ainsi que leurs horaires d'ouverture. Allociné facilite l'indexation de sa base de données de films et de bandes annonces. Enfin, via un partenariat avec la Direction générale de la modernisation de l'Etat (DGME), Bing favorisera le référencement des sites de l'Etat dans ses pages.


Autre partenaire important, le GIE e-Presse Premium a signé la semaine dernière un contrat avec Microsoft pour faire bénéficier "d'un référencement privilégié" aux titres de presse qu'il représente. Via cet accord, Bing va se doter d'une offre de référencement des actualités différente de celle de Google. Alors que ce dernier met en avant l'article le plus récent sur un thème, Bing "garantira la primauté au premier émetteur d'une information", se félicite Xavier Spender, président du GIE e-Presse Premium.


mise en avant du site justice.gouv.fr, via le partenariat entre microsoft et la
Mise en avant du site Justice.gouv.fr, via le partenariat entre Microsoft et la DGME © Capture d'écran / Microsoft

Surtout, ces accords comprennent un "partage de valeur" entre Bing et ses partenaires. Xavier Spender évoque un "partage de revenus équilibré avec les éditeurs de presse". Une partie des recettes publicitaires générées par Bing grâce au référencement de contenus d'actualité sera en effet reversée aux titres de presse. De son côté, Frédéric Krebs, directeur général d'Allociné compte sur la mise en avant offerte par Bing pour accroître son trafic et son chiffre d'affaires publicitaire grâce à cette "sorte de référencement premium". Le groupe PagesJaunes pourra quant à lui commercialiser des liens sponsorisés AdCenter (la plate-forme de Microsoft) auprès de ses propres clients et devrait percevoir une commission pour cela.


Microsoft cherche encore une fois à se démarquer de Google aux yeux des ayants-droits. Le leader de la recherche est justement décrié par de nombreux éditeurs de contenus et propriétaires de catalogues divers pour avoir la fâcheuse tendance de lancer ses services avant de discuter avec les ayants-droit. Microsoft semble cultiver cette différence jusque dans ses relations avec la Cnil, avec qui il discute en vue du lancement de Street Side, le concurrent du Street View de Google. "Nous préférons discuter d'abord avant de le lancer, c'est une approche différente", sourit Marc Mossé, directeur des affaires publiques de Microsoft France.

Microsoft / Liens sponsorisés