Facebook tente de mettre un pied en Chine, sans succès

Le réseau social souhaite accéder aux 618 millions d'internautes chinois, mais le gouvernement continue de lui refuser l'expansion.

 

"Quand je suis en Chine, tout le monde vient me voir pour me demander : "Hey, quand est-ce que Facebook sera disponible en Chine ?". Le vice-président de Facebook, Vaughan Smith, a profité d'une conférence organisée par le Forum économique mondial à Tianjin, en Chine, pour rappeler que les consommateurs russes réclament le service. Le réseau social n'est pour l'instant accessible dans le pays que via des proxys qui évitent la censure du gouvernement. Une barrière énorme pour l'expansion de Facebook, qui atteint une limite de pénétration dans de nombreux pays : la Chine est le pays comptant le plus grand nombre d'internautes. 618 millions d'âmes qui pourraient potentiellement être conquis par le réseau social.  

Mais l'arrivée de Facebook en territoire chinois n'est pas encore pour demain. Lu Wei, ministre chinois de "l'administration du cyberespace", a déclaré au journal China Business News lors de la même conférence que Facebook n'aura pas accès aux internautes chinois de sitôt. "Si vous êtes nocifs pour les intérêts de la Chine, sa sécurité ou pour les consommateurs chinois, alors nous ne vous permettrons pas d'exister."

28 millions d'utilisateurs en Asie

Facebook continue de son côté de pousser pour accéder pleinement au marché chinois. Malgré la censure, c'est déjà l'un de ses marchés à plus forte croissance, devant les Etats-Unis et le Canada, grâce aux internautes qui détournent le blocage du gouvernement. Le nombre d'utilisateurs asiatiques a atteint 28 millions en juin, soit un bond de 26% par rapport à l'année précédente, contre une augmentation de 7% pour l'Amérique du Nord. Mais l'Amérique du nord rapporte pour l'instant trois fois plus que l'Asie.

L'argument de poids, pour le réseau social : Facebook aide les entreprises chinoises à s'exporter rapidement dans le monde. Sheryl Sandberg, COO du réseau social, avait rappelé lors d'une rencontre avec Cal Mingzhao, responsable de l'agence gouvernementale contrôlant l'information, le rôle important joué par Facebook pour aider les sociétés chinoises en ce sens.

Malgré l'opposition du gouvernement chinois, Facebook tente de se faire une place dans le pays : le réseau social va ouvrir un bureau à Pékin et aurait déjà loué plus de 8 600 m² dans le quartier des affaires de la ville.

Linkedin bridé par la censure

La censure chinoise touche tous les plus grands acteurs américains : Youtube et Twitter sont également bannis. Seule la version chinoise de Linkedin, lancée en février, est autorisée, faisant de Linkedin le plus gros réseau social américain actif en Chine (Lire : "Malgré la censure, Linkedin lance une version chinoise", du 25/02/14).Mais Linkedin a dû accepter de nombreux compromis : sa version en mandarin ne permet pas de créer de groupes de discussions, par exemple. "Une version simplifiée pour rendre plus facile l'utilisation du réseau par ceux qui parlent chinois", se contentait alors de justifier le réseau professionnel." "Le gouvernement pourrait, parfois, nous demander de retirer certains contenus, mais nous essaierons de toujours respecter notre culture et nos valeurs", ajoutait Jeff Weiner, CEO.

Depuis, Linkedin a reconnu la difficulté d'opérer dans le pays. Après avoir bloqué des posts d'utilisateurs Chinois, le réseau a reconnu être allé trop loin et a révisé sa politique début septembre.

 

Facebook / Chine