Facebook accusé de lire les messages privés

Deux internautes américains reprochent au réseau social d'analyser le contenu des messages privés sans autorisation des utilisateurs.

Matthew Campbell et Michael Hurley, deux jeunes Californiens, ont porté plainte, lundi 30 décembre, contre Facebook. Une class action qui accuse le réseau social de violer la confidentialité des informations des utilisateurs en interceptant les messages privés contenant des adresses URL, ceci sans consentement, afin de les analyser et de commercialiser les données. Cette pratique, utilisée pour "divers objectifs, dont, notamment, l'exploitation des données et la construction de profils d'utilisateurs" serait en violation du Electronic Communications Privacy Act, indique la plainte.

Celle-ci s'appuie notamment sur un rapport d'une entreprise suisse spécialisée dans la sécurité, High-Tech Bridge, selon lequel Facebook scanne les liens partagés dans les messages privés puis la page vers laquelle ils pointent. Des données précieuses pour améliorer les publicités ciblées du réseau social. Dans ses conditions d'utilisation, Facebook prévient cependant qu'il scanne le contenu des messages privés des utilisateurs "pour des raisons qui ne sont pas liées à la transmission du message". Le réseau social a d'ores et déjà annoncé que la plainte déposée est "sans fondements" et qu'il se défendra "vigoureusement" contre les accusations.

URL