Partygaming et Bwin misent sur une fusion


Les deux opérateurs de jeux en ligne vont se rapprocher pour donner naissance à un poids lourd du secteur, avec un chiffre d'affaires cumulé de 682 millions d'euros en 2009.

La concentration continue dans le secteur des paris sportifs et des jeux d'argent en ligne. Après le rachat de Betclic par Mangas Gaming (propriété de Stéphane Courbit et de La Société des Bains de Mer), c'est au tour de deux des plus gros opérateurs européens, Partygaming et Bwin d'annoncer leur fusion. Objectif : devenir à terme le plus gros acteur mondial du marché.

Au terme de cette fusion, les actionnaires de Bwin détiendront 51,64 % du capital de la nouvelle entité, contre 48,36 % pour ceux de Partygaming. Jim Ryan, l'actuel directeur général de PartyGaming et son homologue chez Bwin, Norbert Teufelberger, continueront de diriger la future structure en tant que co-directeurs généraux.

A eux deux, Partygaming et Bwin ont généré en 2009 quelque 682 millions d'euros de chiffre d'affaires et 196 millions de résultat avant impôts. Ce rapprochement ferait du sens, Bwin étant très bien implanté sur le marché du betting alors que Partygaming est plus fort sur le poker.

Ce rapprochement intervient après l'ouverture du marché des jeux d'argent en ligne en France, et alors que de nombreux pays réfléchissent à l'ouverture de ce marché pour renflouer leurs caisses en taxant cette activité. Aux Etats-Unis, où les jeux d'argent sont interdits depuis 2006, la chambre des représentants a voté mardi 27 juillet une proposition de loi visant à assouplir cette interdiction. Bwin et PartyGaming avaient tous deux été contraints de quitter ce marché en 2006.

Paris sportifs / Jeux