Grand emprunt : quatre milliards d'euros iront au numérique


La commission Juppé-Rocard propose d'investir seulement 4 des 35 milliards du grand emprunt dans la "société numérique", alors que le numérique représente pourtant 40 % de la croissance actuelle.

Quatre milliards d'euros pour développer la fibre sur le territoire ainsi que l'innovation dans les services et les usages numérique. C'est le montant proposé par la commission Juppé-Rocard qui a remis aujourd'hui, jeudi 18 novembre, son rapport au président de la République.

Un rapport qui propose à l'Etat d'emprunter 35 milliards d'euros pour développer l'innovation, et créer les bases de l'économie française de demain. Pourtant, si le numérique, selon ce même rapport, représente déjà plus du quart de la croissance actuelle et 40 % de gains de productivité observés, la commission ne conseille d'investir que 11,5 % du grand emprunt dans le secteur.

Concrètement, le rapport prévoit un investissement de 2 milliards d'euros dans la fibre optique afin de suppléer des investissements privés, jugés "insuffisants pour une diffusion rapide des novelles technologies" sur l'ensemble du territoire. Plus 2 autres milliards dans des projets de services et usages numériques innovants, qui supposent des "des investissements risqués et à rentabilité à long terme".

Ce fonds soutiendrait des projets public-privés "en premier lieu dans les réseaux intelligents (électriques et de transport), mais aussi dans le télétravail, la télémédecine, l'e-santé, l'e-administration, l'e-éducation, l'e-justice, la numérisation des contenus culturels… au besoin en s'appuyant sur le développement d'infrastructures partagées (cloud computing, super-calculateurs…)". Pour piloter ces deux grands chantiers, le rapport préconise par ailleurs la création d'une agence pour le numérique.

Rentabilité