Patrice Magnard (PDG de Maxicours) "Internet fera des professeurs les garants de la réussite scolaire des élèves"

Patrice Magnard attend beaucoup d'Internet en 2010. Et encore plus dans les année à venir, notamment en ce qui concerne l'apport des technologies dans l'éducation nationale.

Qu'attendez-vous d'Internet en 2010 ?

Un accès au très haut débit, encore plus de simplification des services administratifs, une tablette PC qui sera à la fois un e-book et qui me permettra de surfer sur Internet en haut débit mobile. Une sorte d'iPhone XXL en quelque sorte.

Mais je voudrais aussi que les instances spécialisées de l'Internet comme la Fing, l'Acsel, la Fevad, le Geste... soient consultées lorsqu'une nouvelle loi concerne Internet. Faire appel à des gens qui travaillent dans le secteur 10 heures par jour évitera peut être de faire passer des textes irréalisables. J'aimerais aussi que la Cnil soit enfin dotée de moyens et de pouvoirs suffisants pour éviter que Big Brother ne voit le jour. Or, il n'est plus très loin de faire son apparition. Et puis, pourquoi pas un peu plus de coopération internationale dans la lutte contre le spam...

 

Comment Internet et les technologies numériques vont-elles faire évoluer l'éducation ?

Le numérique va révolutionner l'univers du livre, en particulier dans l'éducatif. Tous les professionnels présents à l'université d'été 2009 en août dernier du multimédia ludo-éducatif Ludovia se sont accordés à dire qu'il n'y aura plus de papier dans 10 ans. La moitié disait qu'il existera des livres numériques reproduisant ceux d'aujourd'hui. L'autre moitié expliquait qu'il n'existera plus que des 'briques' pédagogiques qui permettront de créer des cours personnalisés. Je pense que l'avenir sera fait d'un peu de ces deux visions. Le système scolaire sera ainsi mieux adapté pour répondre aux besoins des élèves.

 

Quelles conséquences cette évolution aura-t-elle sur l'apprentissage ?

Aujourd'hui, en fonction des erreurs que fait un élève, on peut en déduire quelles notions il ne maîtrise pas. Dans 10 ans les projets de cartographie du savoir seront aboutis. Et grâce à un outil d'aide à la décision adapté, l'enseignant pourra guider cet élève et deviendra, non pas une personne qui dispense le savoir, mais le garant de la réussite scolaire de l'élève. Les outils ne pourront pas juger de la qualité d'une dissertation, mais ils pourront aider le professeur à corriger les copies, le guider pour travailler avec l'élève. Cela lui libèrera du temps pour assurer un suivi individuel des élèves. Le système sera ainsi plus adapté à leur réussite personnelle.

Spam