La députée Laure de la Raudière souhaite que Fleur Pellerin "se mettre au travail"

La député UMP estime que les Français n'ont pas besoin de "communication" mais de réponses à d'importants enjeux dans le numérique.

Pour la député Laure de La Raudière et le sénateur Bruno Retailleau, le plan pour le numérique présenté par Fleur Pellerin en conseil des ministres mercredi manque d'ambition. Pour eux, il n'y a pas dans ce plan le "moindre projet substantiel pour l'avenir de l'économie numérique en France". Et de citer pêle-mêle, le déploiement de la fibre, le financement des entreprises innovantes, la prise en compte du numérique dans l'éducation, la santé, la modernisation de l'Etat, la neutralité du Net, la protection des données personnelles...

Ils dénoncent ainsi un "plan de communication", pas à la hauteur des enjeux, et donnent en exemple le projet de création d'un quartier numérique à Paris (lire l'article "La Mairie de Paris critique le "grand quartier numérique" de Fleur Pellerin", du 11/10/12). Laure de La Raudière, par ailleurs secrétaire nationale de l'UMP en charge du numérique et Bruno Retailleau, secrétaire national de l'UMP en charge de la compétitivité des PME, dénoncent aussi la hausse de la taxation des plus-values lors des cessions d'entreprises prévue dans le PLF. Une mesure selon eux "dévastatrice pour le financement en capital des entreprises innovantes".

En mars dernier, le JDN avait rencontré Fleur Pellerin et Laure de la Raudière pour confronter leur avis sur les priorités à donner pour le numérique en France (lire l'article "Economie numérique : ce que proposent l'UMP et le PS", du 02/03/2012).

Capital risque / PME