La cyberdépendance aux jeux vidéo inquiète les députés

Les éditeurs de jeux vidéo online et offline seront-ils obligés d'afficher en permanence une pendule afin de signifier aux joueurs depuis combien de temps ils n'ont pas fait de pause ? C'est une des mesures proposées par un rapport que viennent de rendre les députés UMP Arlette Grosskost (Haut-Rhin) et Paul Jeanneteau (Maine-et-Loire), chargés au printemps dernier d'une mission de réflexion sur la cyberdépendance par Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.

Mais ce rapport n'en reste pas là. Les deux députés proposent aussi de systématiquement intégrer un outil de contrôle parental dans chaque jeu afin de permettre aux parents d'en limiter la consommation par leurs enfants. Par ailleurs, pour communiquer avec le joueur durant sa partie, les deux parlementaires proposent de rendre obligatoire l'apparition de messages d'avertissement toutes les deux ou trois heures d'utilisation, de créer des personnages "psy" qui chercheraient à les raisonner sur le temps qu'ils passent à jouer, voire même à faire ressentir de la fatigue physique à leur avatar.

Regrettant qu'aucune étude sanitaire n'ait été réalisée en France, les deux parlementaires sont partis d'un constat observé dans plusieurs pays (USA, Canada, Australie, etc.) : entre 1 et 3 des joueurs de jeux vidéo en ligne souffrent de cyberdépendance. Et 6 % des internautes sont des accrocs plus ou moins dépendants du Web.
 

Jeux