Le numérique pèse 22 % du marché de la musique en France

La baisse globale du marché sur un an est atténuée par la hausse de 13,2% du chiffre d'affaires numérique.

Le numérique n'empêche pas encore le déclin du secteur musical en France, mais il ne cesse de prendre de l'importance. Au premier trimestre 2011, le marché de gros d'Internet et du mobile (téléchargement, streaming, abonnements) s'est élevé à 121.8 millions d'euros, selon le Syndicat national des éditeurs phonographiques (Snep). Ce qui correspond à 22 % de l'ensemble des revenus de la musique enregistrée.

La musique "numérique" – en réalité la musique dématérialisée – génère un chiffre d'affaires en hausse de 13,2 % sur un an, contre une baisse de 9,6 % des ventes physiques. Cette croissance provient principalement des abonnements (+ 57 % à 5,9 millions d'euros) dont le poids représente désormais 23 % du total de la musique dématérialisée. Le téléchargement en ligne voit ses ventes gagner 7,8 %, à 13,5 millions d'euros, mais sa part relative recule légèrement, à 51 %. Enfin la téléphonie mobile (sonneries) poursuit son recul (- 15 %) à 3,8 millions d'euros.

Musique en ligne / Chiffre d'affaires