Nextidea bientôt rebaptisée… Nextedia ?


En abandonnant le nom Nextedia au profit de Nextidea, l'agence interactive du groupe Lagardère a choisi un nom déjà utilisé par une autre entreprise de l'e-business.

A peine rebaptisée, Nextidea va-t-elle devoir à nouveau opter pour son ancien nom, Nextedia ? Par l'inversion de deux des voyelles de son nom, l'agence digitale du groupe Lagardère souhaitait signifier son renouveau (lire l'interview des dirigeants de Nextidea : 'Pourquoi Nextedia devient Nextidea', du 10/11/2009). Ce changement pourrait bien être de courte durée : un autre acteur de l'e-business, a déjà choisi ce nom en 2008 et vient de demander à ses avocats d'entamer les démarches nécessaires pour redevenir la seule entreprise à porter ce nom.

Créée en 2008, Nextidea (l'original), basée à Roubaix, édite notamment le site de paris gratuits 1jour1pari.com, qui propose aux internautes de parier sur un large spectre d'événements, de l'actualité à la bourse, en passant par les rencontres sportives ou les audiences TV. Son fondateur et directeur général, Laurent Ovion se montre passablement agacé de cette appropriation du nom de son entreprise et souhaite qu'il ne puisse pas y avoir d'ambiguïté entre son entreprise et l'agence parisienne.

Cette homonymie est d'autant plus regrettable aux yeux de Laurent Ovion que la filiale de Lagardère compte parmi ses clients l'opérateur de paris Unibet, qui deviendra en 2010 un concurrent direct de Nextidea. L'éditeur de 1jour1paris.com a récemment lancé un nouveau site, Coupedumonde.com, qui doit lui permettre de se positionner pour sur le marché des paris payant, à l'occasion de l'ouverture du marché des jeux d'argent en ligne, que le gouvernement espère pouvoir réaliser d'ici la coupe du monde de football, qui débutera le 11 juin 2010.

Chez l'ancien Nextedia, on affirme avoir eu vent de l'existence de l'entreprise du Nord-Pas-de-Calais et avoir opéré le changement en nom en toute connaissance de cause. Mais on préfère relativiser le droit de Nextidea à porter et revendiquer la paternité de son nom. La filiale de Lagardère estime en effet, qu'étant donné la proximité phonétique entre les marques Nextedia (créée en 2005) et Nextidea, les fondateurs de Nextidea auraient dû demander l'autorisation de l'agence pour choisir ce nom, ce qu'ils n'ont pas fait. L'affaire pourrait se régler devant un tribunal.