Nicolas Colin (TheFamily) "L'industrie du luxe ne peut plus rester passive face à l'innovation"

Le 1er et 2 juillet prochain, The Family organisera à Paris la première conférence internationale sur l'innovation numérique et le luxe, Hackers on the Runway, dont le JDN est partenaire.

nicolas colin ok
Nicolas Colin, cofondateur de The Family. © Antoine Duhamel / http://www.archi-photo.fr/

JDN. A qui s'adresse Hackers on the Runway ?

Nicolas Colin. Pendant trois demi-journées vont se succéder conférences et ateliers autour de la transformation numérique de la filière du luxe : habillement, joaillerie, parfumerie... On s'adresse aux acteurs qui travaillent dans les maisons de luxe, aux entreprises du secteur ou qui gravitent autour, et à ceux qui innovent dans le luxe. Au moins 200 à 300 personnes seront présentes. Notre positionnement est d'appeler l'industrie à écouter le point de vue des innovateurs, ceux qui cherchent à transformer la filière du luxe. Nous voulons mettre en lien ces deux mondes qui ne se connaissent pas forcément. Objectif : une prise de parole pour une prise de conscience et un passage à l'action de l'industrie du luxe.

 

Le numérique représente-t-il un danger pour l'industrie traditionnelle ?

"La proposition de valeur du luxe est menacée par le numérique"

L'innovation numérique dans le luxe reste cantonnée à la lisière, sur certaines fonctions particulières : marketing en ligne, via les réseaux sociaux, et vente, via m'e-commerce. Mais le numérique commence à rétroagir sur la filière, à toutes les étapes : création, fabrication, distribution. La proposition de valeur du luxe est aujourd'hui menacée par le développement du numérique. Le luxe repose sur des produits exceptionnels mais surtout sur une expérience consommateur exceptionnelle, complètement intégrée. Or, le très haut niveau de qualité jusque-là réservé à l'industrie du luxe est en train de devenir la norme dans l'industrie du numérique : on a tous accès à des expériences complètes, fluides en ligne. On devient tous des clients du luxe face à des entreprises traditionnelles. Le risque, c'est que l'industrie du luxe se fasse rattraper sur l'expérience client. Est-ce que ça vaudra le coup de payer si cher si l'expérience du luxe se banalise et devient accessible y compris au marché de masse ?

 

Comment l'industrie du luxe doit-elle s'emparer du numérique ?

"Faire entrer le numérique à tous les étages"

L'industrie ne peut pas se contenter de subir la transformation ou de résister passivement. Elle doit s'emparer des différents leviers d'innovation avant que les nouveaux entrants ne les imposent et qu'elle ne soit marginalisée. Il faut qu'elle pose les bases d'une relation privilégiée avec le client, en amont, grâce au multicanal, à la présence de la marque sur les réseaux sociaux... Et cette base doit permettre de réfléchir constamment à l'amélioration de la relation client à toutes les étapes, pendant la fabrication, distribution... L'industrie doit expliquer comment ses produits sont fabriqués, mettre en valeur son savoir-faire exceptionnel, ses valeurs éthiques et de protection de l'environnement... Elle communique déjà activement là-dessus, mais le numérique est un levier formidable pour donner à voir les liens privilégiés avec les clients et pour mieux comprendre leurs attentes puis personnaliser leur expérience. Il faut s'adapter en permanence aux besoins du marché, faire preuve d'agilité dans la chaine de valeur. En somme, l'industrie du luxe doit dépasser l'organisation traditionnelle pyramidale et faire entrer le numérique à tous les étages, depuis les studios de création, jusqu'à l'approvisionnement en matière premières et la traçabilité des matériaux... Si Paris veut rester la capitale mondiale du luxe, elle doit être la capitale mondiale de l'innovation.

 

L'industrie du luxe est-elle réfractaire à l'innovation ? Est-elle en passe de se laisser distancer par de nouveaux acteurs ?

"L'économie numérique commence à se tourner vers le secteur du luxe"

Les grandes entreprises de l'économie numérique ont fini leur échauffement sur les filières les plus faciles à transformer, comme les industries de contenus, la publicité ou la vente à distance. Aujourd'hui, elles se sentent à l'étroit dans ces secteurs. Toute l'économie numérique commence à se tourner vers les filières plus traditionnelles pour prendre le contrôle de la chaine de valeur : le BTP, transports, le textile, et le luxe. L'économie numérique veut rentrer de manière agressive dans l'économie du luxe pour la transformer de fonds en comble. C'est pour cela que l'industrie ne peut plus rester passive et se dire qu'elle va innover à son rythme.

 

Quels seront les temps forts de la conférence ?

Seth Godin, grand professionnel du marketing, sera présent. Il a beaucoup écrit sur l'industrie du luxe, et en quoi l'économie du numérique remet en cause ses fondements. Il expliquera en quoi cela peut être à la fois une opportunité et un danger face auquel il faut réagir vite. Des entrepreneurs du numérique seront aussi présents, comme l'un des fondateurs de Kickstarter, ainsi que des professionnels ou observateurs de l'industrie du luxe. Nous ferons aussi intervenir les auteurs des premières incursions réussies de l'innovation numérique dans l'industrie du luxe, comme le patron de l'agence Emakina qui a travaillé avec Karl Lagarfeld pour digitaliser son Concept store. Des membres l'équipe de campagne de Barack Obama, expliqueront aussi comment ils ont misé sur la collecte de données et le Big Data pour créer un lien personnalisé avec les électeurs et donateurs, souvent très exigeants et privilégiés.

 

Le JDN est partenaire de la conférence internationale sur l'innovation numérique et le luxe organisée par TheFamily, Hackers on the Runway, qui se déroulera à Paris les 1er et 2 juillet prochains. Vous pouvez réserver votre place à prix réduit, à 1 000 euros au lieu de 1 750 en early bird, en utilisant le code JDN-GUEST. La réduction est valable jusqu'au 10 mai.

 

Diplômé de Sciences Po Paris et de l'ENA, Nicolas Colin a été Manager chez Siemens puis consultant chez Astek et au groupe MB, avant de travailler au Ministère français des affaires étrangères puis à l'Inspection générale des finances. En 2010, il cofonde Stand Alone Media ainsi que 1x1connect, spécialisée dans l'interaction marketing. En 2012, il publie "L'Âge de la multitude - Entreprendre et gouverner après la révolution numérique", aux éditions Armand Colin. En octobre 2013, il cofonde TheFamily aux côtés d'Alice Zagury et d'Oussama Ammar. Nicolas Colin est aussi membre de la CNIL depuis février 2014.

Autour du même sujet